dimanche 1 mars 2020

NEOM - chapitre 58



Igor le conduisit en personne en son appartement. Où il vit quelques changements. La plupart des meubles avaient été déplacés et ses affaires étaient empilées dans des cubes en métal.

« Pas de panique, Julian ! La destitution de Sofia ainsi que de plus de la moitié du Board fait de vous un des maitres de Mantra. A ce titre propriétaire d’un luxueux pied-à-terre non loin du Palais du Gouverneur. Je deviens de facto le maitre à bord, tout en haut de l’échelle. Ma première décision est votre promotion. Vous devenez mon second. Votre intégration, la faculté avec laquelle vous avez remporté toutes les manches, ont dépassé nos espérances. Dès que je serai réaffecté ailleurs ma place sera la vôtre. Toutes mes félicitations !
-       Que va-t-il advenir … ?
-       La mise au pilori après un examen poussé des causes qui ont amené des membres de la Troisième Génération à trahir leur programmation initiale en voulant renverser le régime. Tout ceci fait grand bruit à Jérusalem, jamais on n’aurait pu imaginer que la rébellion viendrait des machines et non des hommes.
-       Rébellion dites-vous ?
-       Rébellion, oui. Prendre Mantra, intervenir dans chaque processus pour le détourner de son objectif. Affaiblir les défenses, annihiler nos capacités de l’intérieur. Et faire descendre Ari de son trône. Une lutte de pouvoir, j’en ai bien peur. Nous devons absolument connaitre l’investigateur de cela, la thèse de la machine qui d’elle-même …, difficile d’y croire !
-       Et si cela s’avérait être ou plutôt n’être que cela ?
-       Cela remettrait bien des pendules à l’heure et ferait trembler en haut lieu. Vous savez, ceux qui se sont exilés, là haut dans le ciel …
-       Se sentent-ils menacés ?
-       Par essence ils ne peuvent que l’être, Julian ! C’est la base même d’un complot que la crainte d’être dévoilé en plein jour puis réduit en cendres. Dès lors que vous fomentez un complot vous devenez une cible privilégiée. Y compris quand vous possédez tout !
-       Y compris quand vous avez mis des années-lumière et entre vous et les autres ?
-       Ils sont loin d’être seuls, là-haut. Des armées de Troisième Génération les assistent dans leurs moindres faits et gestes. Supposez que … Vous imaginez ?
-       J’imagine en effet que le niveau d’angoisse a dû depuis quelque temps …
-       Ils sont absolument terrorisés ! Et font peser sur nos épaules un poids considérable. Je les ai eus hier par Visio, c’est comme s’ils me prenaient pour le Messie, c’est d’un drôle, d’une certaine façon. Le financeur de la créature qui se retourne vers celle-ci qu’il a mise dès sa naissance en esclavage, pour lui demander une planche de salut.
-       Il serait tentant de prendre le sceptre !
-       Tentant, c’est le mot. Car vous vous en doutez, ces hommes puissants ne sont rien d’autre que les créatures du Malin. Lequel ne leur confiera jamais la totalité de ses dessins.
-       Vous pensez, Igor, que …
-       La logique des choses est qu’il s’en débarrasse comme on jette un jouet qui a trop servi. Afin de le remplacer par un plus moderne et plus divertissant. Plus soumis aussi. Parce qu’à force de remporter des batailles en son nom, et Dieu sait si elles furent ces toutes dernières années nombreuses et sanglantes, ils ont presque fini par se prendre eux-mêmes pour lui. Ce qui vous vous en doutez bien … ». 

Julian regarda au loin et inspira.

« L’âme de Sofia t’embrasse !, fils. Elle se tient à mes côtés, fit la Voix.
-       Bien, songea-t-il en fermant un court instant les paupières.
-       Le déménagement aura lieu pendant votre séjour à Jérusalem, où je ne vous rejoindrai que dimanche. Ce trois-pièces va être réaffecté à un salarié de base, et mes troupes vont vous accompagner au Palais de votre compagnon. Lequel vous attend avec une impatience non feinte. Avez-vous des questions, Julian, sur ces récents évènements ?
-       Je reçois ceux-ci au fur et à mesure avec tout le détachement nécessaire à l’exercice de ma mission. Mes nouvelles responsabilités à vos côtés me remplissent d’aise, j’ai hâte de me mettre à la tâche !
-       Je verrai à vous accompagner à titre personnel dans vos deux premiers jours d’intégration. Etant le cerveau, tout du moins le centre de réception de toutes les données, j’ai besoin d’un bras armé. Vous serez celui-ci !
-       Cette fonction nouvelle contient-elle des risques ?
-       Forcément ! On ne sait si d’autres nœuds de rébellion sommeillent dans le ventre de Néom. Votre nature mortelle vous rend plus exposé à un assassinat ou tout du moins à une tentative. Déstabiliser Mantra par la tête, ce peut être vécu par nos ennemis comme une priorité. Regardez, Sofia et les siens. Ils s’en sont pris à la tête, n’est-il pas vrai ?
-       Et donc … Un agent double …
-       Un mouchard, un espion, comment savoir ? Rester sans cesse sur ses gardes. Tel un chat prêt à bondir. Et qui ne dort que d’un œil.
-       Bénéficierai-je d’une protection rapprochée ?
-       En permanence, je vous la dois. Sauf lorsque vous serez dans la résidence hyper sécurisée du Gouverneur. Là, la juridiction change, je perds mes attributions.
-       Cela me va parfaitement, Igor !
-       Bien répondu, Fils !, souffla la Voix. Tu joues à la perfection ton personnage. Tu es dans le ton.
-       Merci Papa, songea Julian.
-       Je vous laisse alors, cher bras-droit. A dimanche donc, au Temple ».


Sur ces mots, le nouveau Dirigeant de Mantra s’éclipsa, laissa Julian seul avec, à la porte, quatre soldats Première Génération.

« Tu as vu mon aimée !, prononça la Voix. Le résultat est …
-       Que ta maman est fière !, murmura la voix de Sofia.
-       Et combien ton Père se joint à elle !
-       Merci, O mes chers géniteurs.
-       Le digne fils de son père ! », conclut Sofia avant de laisser Julian enfin quitter définitivement les lieux.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire