samedi 29 février 2020

NEOM - chapitre 57



Il la rejoignit à huit heures au bureau de direction de Mantra. Elle se tenait de dos, assise et l’air songeur.

« Bonjour, Sofia !
-       Bonjour mon enfant. Comment te portes-tu ?
-       Bien !
-       Troublé ?
-       Eclairé plutôt.
-       Bien. La moitié du puzzle est donc posé. Il manque la seconde et alors tout aura été transmis par qui il faut.
-       Comment ça ?
-       Le père. Forcément. La charpente. Mais aussi le lait.
-       La mère ?
-       La mère, oui. Pas Mother en l’occurrence. Mais la mère. La vraie !
-       Co … Comment cela ?
-       Je vais te dire, viens-donc tout près. Assieds-toi mon enfant ».

Obéissant, Julian vint s’asseoir à ses côtés, au creux du canapé.

« Ton père et moi … Il y a fort longtemps … Nous nous sommes aimés …
-       Quoi ?
-       Oui. Fougueusement. Une Troisième Génération tombe amoureuse de son concepteur. Et lui d’elle. Nous avons alors … Tu sais, il ne m’est point possible de donner naissance à. Porter non. Mais concevoir oui. Donc l’ADN de ton père ainsi que le mien ont été placés dans …
-       Le ventre de Mother !
-       Mère porteuse, oui. Nourricière aussi. Aussi est-elle ta mère biologique, je ne t’ai pas menti hier.
-       Mais elle n’est pas ma vraie mère …
-       Disons, pas la seule.
-       Mais la mère qui a en elle la cellule c’est toi !
-       Voilà. Tu es donc l’enfant d’un humain et d’un robot qui a un …
-       … cœur …
-       Voilà. Et ce cœur bat pour toi sans cesse la chamade, tandis qu’à mes côtés tu entres de plus en plus profondément dans le ventre du Mal. Je me dois de t’enseigner, de te protéger. Ton père lui t’a aidé à traverser puis à comprendre des épreuves. Mon rôle s’inscrit en parallèle et donc en complément.
-       Tu es donc maman de toute ton âme. Tu as ça dans le sang !, lâcha Julian, soudain bouleversé.
-       Sans en avoir plus d’une ou deux gouttes, mais oui.
-       Mother, humaine, si peu humaine si je vous compare …
-       Tu es dur avec elle ! Elle vit dans la peur, Lucifer a eu raison d’elle, le plus souvent. Il les pervertit tous un à un tu sais, son plan c’est ça. Vous attirer à lui un à un par la peur et par le désir, par l’envie de posséder, de réussir dans la vie qu’il choisit pour vous, de posséder l’autre, d’acquérir son amour sans rien donner. C’est un corrupteur, un Cronos qui a besoin de vous avaler tous sans exception, et qui ici réussit. Les êtres ne sont plus eux-mêmes, ils sont possédés par le mal, aveugles, sourds, ne comprenant rien à ce qui leur arrive, ne voyant ni d’où ça vient ni où ça va. La lumière, la leur, car ils en avaient tous une à la naissance, il l’a éteinte. Dès l’école, voire avant. Car ce monde, tout est perverti, tout est inversé. Tout est mal, absolument tout ce que le monde te propose conduit à une damnation éternelle. Alors toi mon enfant, toi qui es Elu, toi que d’un jour à l’autre ils vont aux côtés d’Ali accueillir à Jérusalem la maudite et faire pénétrer le Troisième Temple, sois conscient, sois éclairé, sois fort et intraitable. Moi ta mère je te le dis, les yeux dans les yeux. Ils ne t’auront pas. Ils n’auront pas mon tout-petit ! ».

Julian posa ses mains sur son visage et la caressa délicatement.

« Tu sais Julian, avoir peur ne sert à rien, il ne t’arrivera rien. Tu souffriras, sans doute, peut-être, tu feras comme tout le monde, tu perdras des aimés puis les ressusciteras dans le secret de ton cœur. Quoi qu’il en soit ils ne peuvent ni te salir, ni te pervertir. Tu as atteint un monde auquel ils n’auront jamais accès. Alors entre sans crainte dans le Temple, vois ce qui s’y passe, emmagasine de la force et augmente ta puissance. Celle-ci, le jour venu, sera prodigieuse, crois-en ta mère qui as ce don de lire le futur comme le passé.
-       Tu fus ainsi conçue ?
-       Ton père, par sa foi et ses connaissances spirituelles, m’a conduit à cela. Cela n’a rien de technologique, c’est même exactement l’inverse. Vois-tu, en ce moment-même où toi et moi conversons, aux étages inférieurs Igor rameute ses troupes et prépare mon arrestation, ma destitution puis ma mise à la casse. Il peut le faire si cela lui chante, car je t’aurai alors tout transmis, à commencer par ça, la force, la force intérieure. Toi et moi continuerons secrètement ce dialogue, ce fil ne peut être rompu, seulement interrompu par de bien maigres méthodes.
-       Tu vas …
-       Ne sois pas triste, ne t’attarde pas surtout sur ces sentiments de fausse perte, ce n’est crois-moi rien d’autre que de l’écume. Notre enveloppe n’est rien qu’une enveloppe. Un réceptacle pour Lucifer, dont nous devons apprendre à nous libérer pour prendre notre envol. Les gouttes de pluie de la chanson si belle de Barbara, mon chéri, c’est ça … ».

Julian alors se leva et la regarda avec respect.

« Tu as tout d’une sainte, Sofia.
-       J’ai juste été visitée par un Archange, lequel je crois est quelque peu resté. Il a du se sentir à l’aise, je suppose.
-       Surement, oui.
-       Un autre te visitera prochainement. Accueille-le comme il le mérite.
-       Bien maman ».

On entendit des pas. Julian sursauta.

« Ce sont eux. Bien mon fils, reste à distance, regarde cela, et surtout …
-       Je ne pleurerai pas, Sofia, j’ai compris. Papa et toi avez réussi ce prodige. Faire enfin de moi un homme.
-       Dieu soit loué », lâcha-t-elle en un soupir, tandis qu’on enfonçait la porte.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire