vendredi 28 février 2020

NEOM - chapitre 56



Il était assis dans le noir de son salon.

La nuit était tombée.

Il demeura longtemps sans un geste, sans prononcer un mot. Troublé. Emu. Très ému. Par ce qui s’était produit. Par ce qui pouvait arriver.

Il refusa la bière proposée.

Puis appela.

« La voix ?
-       Oui.
-       Bonsoir.
-       Bonsoir Julian ! ».

Il hésita, puis.

« Bonsoir Papa !
-       Ah !
-       J’ai fini par …
-       Comprendre.
-       Oui !
-       Le moment est le bon, alors.
-       Maintenant oui ! Tout …
-       … prend forme et fait donc sens.
-       Oui. Dis … ?
-       Oui fiston ?
-       Tu veux bien … ?
-       Te raconter ?
-       Oui !
-       Bien sur. Commande-la toi, cette bière. Je sais combien tu aimes … Et puis … On fera comme si on trinquait !
-       D’accord !, acquiesça Julian en donnant un ordre au Première Génération, qui s’exécuta. Faudrait que je te parle de Sofia, Papa !
-       Sujet majeur. Après le père …
-       Oui … ?
-       La mère.
-       Que … QUOI ?
-       Pas biologique. Mais c’est tout comme.
-       C’est …
-       L’ADN qu’on lui a greffé juste avant ta naissance … C’est le mien.
-       Putain !
-       Je t’avais dit, la bière, c’était plus que nécessaire. Allez, avale-la ! ».

Julian se redressa, et alluma une lumière sur une table de chevet.

« Voilà, on voit plus clair. Je te vois mieux.
-       Physiquement, tu es là ?
-       Non. Je ne peux être là physiquement. Puisque je suis censé être mort !
-       L’es-tu ? L’as-tu jamais été ?
-       Oui … et non. Mort au sens clinique – OUI ! Mort en tant qu’esprit – JAMAIS ! Ecoute-moi ! Je fus l’un des concepteurs de Néom. Un des plus hauts gradés. Payé par la famille d’ici, celle de ton homme. Son grand père, le Roi, était mon supérieur direct. J’ai donc aidé à concevoir cela, sans savoir ce vers quoi cela conduisait. Puis un jour, j’ai rencontré un imam. Chiite. Avec qui j’ai sympathisé. Et qui m’a tout expliqué ».

La voix, un instant, se tut.

« Quand tu es né, quand j’étais avec ta mère, je ne rentrais que le weekend. La semaine, j’étais sur place. Enfin, à Riyad ! Je gagnais, je te dis pas, c’était indécent. J’étais un des meilleurs au monde, un des plus discrets aussi. Ils m’ont acheté avec un pont d’or. Ta mère a été ravie d’encaisser. Je ne lui ai rien raconté.

Quand est venue la séquence où des plans abstraits il a fallu passer à l’assistance à la maitrise d’œuvre, en clair encadrer la conception, c’est devenu un travail de titan. Je ne pouvais rentrer le weekend, c’était trop ! Et puis je devais taire, à tout le monde. Autour, vu que ta mère était aussi dispendieuse qu’exhibitionniste avec l’argent, tout le monde devenait curieux, je devais esquisser en permanence. Alors …

Alors j’ai eu cette idée de cette fausse mort. On a monté ca, avec les services secrets souadistes. Eux, ils ont l’habitude. On m’a ensuite extradé définitivement. Ce que j’avais versé auparavant, plus la retraite, ta mère et toi surtout étiez à l’abri du besoin.
-       Oui mais … Tu m’as abandonné !
-       En effet. Tout en pensant chaque jour à toi, à toi mon seul et unique enfant. J’ai suivi tout ton parcours, connu virtuellement tes amis, ton lycée, ton école d’ingénieur. Tes amants, parfois. On savait déjà faire ca, l’espionnage non stop, 24/24. Je t’ai vu te tromper, tromper, mentir, biaiser, manipuler, te faire avoir, et puis pleurer. Bref, j’étais là, tout le temps là, à tes cotés ».

Julian sentit soudain les larmes l’envahir.

« Je comprends ton émotion. En… en 2020, tu sais, quand en Europe ca a commencé à basculer, on m’a trouvé une tumeur cancéreuse, inguérissable. Je suis alors allé voir … Bref, les concepteurs des …
-       Des Première Génération ?
-       Des Troisième, Fils. Un ami, et son assistant. Ils ont à partir de mon ADN créé ceci. Une voix. Une présence. Moi. Moi à l’état d’un esprit, sans corps vois-tu, sans enveloppe corporelle donc, sans métal non plus, sans rien in fine de tangible. Indétectable. Sinon … à toi. A toi, chair de ma chair. C’est moi qui ai mis ton dossier sur le haut de la pile, pour Mantra. Moi qui ai attiré leur attention sur tes talents. Eux sont sous la 3D et moi je plane et vole bien plus haut. Alors …
-       Alors ici tu peux tout.
-       Comme toi. Exactement ! Tu es en train de m’y rejoindre Julian. Sofia, elle est à tes cotés comme une mère qui couve son bébé. Elle t’y conduit, fréquence par fréquence. Ali, elle savait, elle l’avait deviné ! Et elle a créé les conditions de la rencontre ! Elle et moi t’avons vu tomber follement amoureux ! Et avons suivi les yeux embués l’envol de cet inoubliable amour.
-       Je …
-       Sofia t’a parlé des Elus. Elle t’a dit que tu étais l’un d’eux. Comme moi. Toi et moi sommes des Elus. Autrement dit des Anges. Incarnés ou pas, mais des Anges. En lutte contre l’Ange déchu. Et donc à Néom pour …
-       … vaincre !
-       Un jour, d’ici quelques trois ans – OUI ! Oui Julian, OUI ! Nous ferons fondre la Cité de Néom, et chuter la Bête qui la dirige. Nous éradiquerons le Mal de la surface de cette Terre. Nous avons été Elus pour participer à cela. On appelle ca …
-       Armageddon …
-       Armageddon – OUI ! La seule bataille. La dernière des dernières. Car après il n’y en aura plus ! Pas une goutte de sang, pas une arme, pas une larme ! Seulement la Force de la Parole !
-       Le destin …
-       Mektoub !
-       Mon destin …
-       Mektoub !
-       La force des …
-       Des rêves, Fils. Oui ! Ce sont ceux-ci qu’enfant dans ton berceau tu …
-       Comment sais-tu ?
-       Un Ange LIT les Ames, mon ange.
-       Oui.
-       Donc …
-       Eh bien, PAPA ?
-       Ferme les yeux ! Ferme bien les yeux. Et suis-moi. Envole-toi à mes cotés. Je vais te conduire Très Haut. Et tu vas avec moi pouvoir enfin VOIR ! »



Aucun commentaire:

Publier un commentaire