samedi 22 février 2020

NEOM - chapitre 50



C’était vendredi – enfin. Libre, deux jours. Quelques deux heures à attendre le véhicule d’Ali, lequel venait le chercher à demeure. Pour l’emmener au loin, une ile, il le lui avait promis hier. Une ile magique, cascades, repas les pieds dans l’eau, une forêt foisonnante le long d’une montagne. Des bateaux, quelques barques. Une auberge, simple, rien qu’eux, pas d’autres clients. Loin, là-bas, sur le territoire de l’ancien Brésil.

Ilha Grande – qu’elle s’appelait.

Il ouvrit la porte et s’avachit sur son canapé. Le puzzle prenait de plus en plus forme. Celui de Néom, et, au-delà, de ce monde. De ce monde de l’inversion. Une à une toutes les illusions accumulées s’évanouissaient. On lui révélait le dessous des cartes, la réalité sous le mensonge, le plan d’ensemble. L’intentionnalité, les acteurs, les astuces, les chausse-trappes, jusqu’au calendrier. Les horreurs aussi, ce dont il lui fallait se détourner tout en les appréhendant une à une. Les regarder frontalement, affronter le mal au fond des yeux. Lui tenir tête tout en agissant, mais avec une intention opposée à l’acte imposé.

Faire la mission et la détourner de son sens.

Introduire le code dans le cœur du système.

Il ouvrit une bière et s’éclaircit la voix.

« Tu es là, la voix ?
-       Je ne suis jamais loin. Parfois, mais rarement, je décide de me taire, et de ne pas te répondre. Mais seulement quand tu n’es pas prêt à entendre.
-       Et là ?
-       Tu le sais aussi bien que moi. Permets ce tardif tutoiement.
-       Qui es-tu, la voix ?
-       Je suis celui que tu veux que je sois.
-       Tu bottes en touche. Sois plus précis.
-       Te le dire serait contre-productif Julian. A toi de le découvrir. Je viens de te le dire, je suis …
-       Celui que je veux, okay. Et donc … ?
-       Rien.
-       Bon. On tourne en rond.
-       Non. Ca fermente.
-       Quoi ?
-       Un jour prochain, l’évidence éclatera à tes yeux. Des étapes sont nécessaires. Ceci est un cheminement âpre mais fondateur. Donc décisif.
-       Qui est de … ?
-       Tu peux tacher de le définir sans mon aide.
-       Grandir ?
-       Donc ?
-       Devenir un homme ?
-       Voilà. Tu as sacrément progressé en peu de temps. Deux mois. Déjà deux mouchards.
-       C’est quoi ces mouchards qui ne laissent pas de traces ?
-       Tout n’est pas numérique. Traces il y a bien. Songe à Ali, à Mother à la réception au Palais par exemple.
-       Ah …
-       Donc … ?
-       C’est comme si on injectait …
-       Vas-y, continue sur ta lancée.
-       Comme si on pourrissait leur système du dedans.
-       Non Julian ! Leur système demeure en soi intact et donc inchangé. C’est pour cela qu’ils ne s’aperçoivent de rien, y compris quand tu introduis le code.
-       C’est pourtant bien un code ?
-       Ou une transcription intentionnelle.
-       Je ne comprends pas.
-       Tu tapes certes lettres et chiffres. Mais surtout …
-       Je …
-       Tu …
-       J’introduis …
-       Une …
-      
-       Vibration, Julian. Vibration haute. Dimension haute. Dimension autre. Non atteignable par eux. Laquelle n’apparaît pas à l’écran tout simplement parce qu’elle n’appartient pas à leur champ perceptible. Nous dépassons donc le dôme, ses frontières, ses limites. Puisque cet univers ici-bas est suprêmement limité à la matière et à elle-seule.
-       Et la technologie alors ?
-       Celle-ci est matière. Matière et matière seule.
-       Elle calcule, contrôle tout, fait en une seconde ce que nous autres …
-       Elle n’est que machine, programme, exécution. Elle n’a rien de magique, rien de personnel, rien d’intuitif, rien. C’est de la vie à l’état de mort instantanée, Julian. Autant dire pas grand chose. Comme une vie mais inutile. Une vie creuse. Une vie qui ne laisse derrière elle aucun souvenir, aucune trace. Un caractère crypté, décrypté puis codé numériquement, point final, end of it ! De l’écume, puis … Et puis quoi, sinon RIEN ?
-       Je suis donc… ?
-       Cherche à tâtons !
-       Je suis celui qui …
-       Oui … ?
-       Permet de …
-       Transmute. Donc TRANSMET ! Ca passe par TOI et donc au travers de TOI.
-       Quoi ?
-       Vibration donc Energie, donc Esprit et donc …
-       Âme …
-       Oui ?
-       Donc … ?
-       Âme porteuse et portée par des Esprits. Enveloppe transgressée, sublimation, espace-temps franchi, dépassé, percé ! 4D ! 5D !!!
-       Ah !
-       Ici et demain et hier ! De cette civilisation mais aussi porté par toutes les précédentes par une Lumière ! Celle du voyageur intérieur, celui dont je t’ai déjà parlé. Le conducteur, lui, exécute les taches mais il est enfin à sa juste place, il a perdu de sa superbe, il est apprécié en tant que tel par des chefs qui ne cheffent plus rien, je veux dire, plus rien d’essentiel. FAME, tu y es sans y être, oui mais non, dedans et dehors. Avec et contre, ici et là, donc à ta place juste. Capable de faire et d’être. Distinctement. Tu saisis ?
-       Je commence à percevoir …
-       Tu vas bientôt VOIR, Julian !
-       Voir quoi ?
-       Visions. Des visions !
-       Des … ?
-       Oui ! De demain et d’hier. Tu vas être transporté. Clairvoyance. Sur l’ile – tu verras.
-       Et Ali ?
-       Ali c’est Ali. Il n’est pas désigné pour cela.
-       Il n’est …
-       Il n’est pas un Elu, Julian. Il est, il importe, il compte, il pèse, il t’apporte énormément. Mais il n’est pas un Elu.
-       C’est quoi un Elu ?
-       Un distingué d’entre tous.
-       C’est-à-dire ?
-       Tu comprendras seul. Dire n’est pas utile ce soir.
-       Bien, la voix, je n’insiste pas.
-       La petite fille …
-       Quelle petite fille ?
-       La peste ! Souviens-toi. Une des cinq !
-       Eh bien …
-       Sauvée. Arrachée à leurs griffes.
-       Ah, génial !
-       Conséquence vibratoire. Celle qu’elle frappait et que tu as envoyée à la mort …
-       Oui …
-       Eh bien son Esprit est revenu, s’est faufilé par les interstices. Et a AGI.
-       Un Esprit peut agir ?
-       Seuls les esprits PEUVENT agir Julian. Les autres, hommes et machines, ne font rien d’autre que FAIRE. Et faire se détricote. Au contraire de  l’authentique ACTION. Laquelle demeure.
-       Donc la petite peste comme tu l’appelles …
-       C’est toi qui l’avais qualifiée ainsi …
-       Est saine et sauve ?
-       Et ne servira pas de chair fraiche à des monstres.
-       Tant mieux !
-       Une âme sauvée peut faire beaucoup, en ce monde.
-       Ah …
-       Une âme sauvée, une seule, et c’est une preuve, une de plus, que leur pouvoir est perméable. Donc …
-       Condamné.
-       Voilà. Tu es donc dans le bon camp, Julian.
-       Je …
-       Oui Julian ?
-       Non rien.
-       Tu allais dire quelque chose !
-       Oui. Oh mais ça m’a traversé la tête un instant. C’était un peu idiot.
-       Dis toujours.
-       J’allais … Ah non.
-       Tu allais dire … ?
-       Arrête avec ça !
-       Tu allais ME dire …
-       Tais-toi, je me sens si con !
-       Tu allais ME dire MERCI …
-       Purée, mais …
-       Me dire MERCI PAPA ! ».



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire