vendredi 10 janvier 2020

NEOM - chapitre 8



Il pénétra de très bonne heure dans la salle et aperçut une femme de son âge, cheveux courts et mâchoire serrée, qui attendait les bras croisés.

« Ah c’est toi, l’accueillit-elle sans un sourire.
-       Julian.
-       Je sais. Agathe. C’est toi l’ex-æquo ?
-       Non, c’est toi.
-       Bien un propos de macho !
-       Tu ne serais pas un peu gouine ?
-       Pas qu’un peu ! T’as donc zéro chance !
-       T’es pas mon genre.
-       Je connais, ton genre. Truc de baltringue !
-       Chacun ses failles ».

Elle l’observa par en-dessous et se ravisa.

« Bonne répartie.
-       On fait la paire.
-       T’es arrivé hier ?
-       T’as beaucoup de questions à la con comme ca ? Je me réveille à peine.
-       T’as la tronche en biais mon pauvre.
-       La tête fonctionne, t’inquiètes ! ».

Ils aperçurent un frêle binoclard pénétrer sur la pointe des pieds.

« Pas un casse croute, ni pour l’un ni pour l’autre, ricana Agathe.
-       Tu sais bien qu’on n’a pas le droit de baiser entre nous.
-       Facon de parler. T’as de la famille toi ?
-       Ma mère et mes grands parents.
-       Les miens sont morts. Mon père a paumé tous ses millions en 2027, ce con, n’a rien trouvé de mieux que buter toute la smala. Je m’étais éclipsée, coup de bol.
-       Façon de parler ».

Elle éclata de rire.

« Je sens …
-       On va bien s’entendre, ouais ca se peut.
-       Tant mieux. J’ai beau être branchée gonzesses, les mecs un peu fun j’aime ca.
-       Ca te sert de source d’inspiration ?
-       Pour ca coco j’ai le logiciel intégré. Dis, tu trouves pas ca limite concentrationnaire ici ?
-       Chuis pas là pour penser.
-       En gros t’es un mouton.
-       En gros je me la joue pas rebelle en carton pate qui encaisse le fric et fait sa bégueule.
-       C’était juste pour te faire remarquer que perso …
-       Ecoute, ce genre d’échanges, je trouve pas ca terrible en fait. On est là, on a du bol, on fait ca trois ans et puis basta.
-       Bastos ouais !
-       N’importe quoi !
-       T’es du genre à lécher le couteau de ton égorgeur, Julian.
-       Chacun son trip ».

Deux filles pénétrèrent les lieux, accompagnées de deux bellâtres.

« Bingo, quatre bourges.
-       Zéro pointé je te l’accorde. Mais je ne suis pas là pour lier amitié.
-       Bonhomme on est censés teuffer tous les samedis ensemble.
-       Ce n’est pas restrictif, rien n’empêche de se mêler en même temps à d’autres.
-       Ca sent les soirées de nazes et la vie de con !
-       Fallait rester dans ton taudis attendre le débarquement des fous d’Allah.
-       J’ai du sang berbère.
-       T’es dans un conglomérat ultra-capitaliste. La ramène pas avec tes origines, ca fait faux derche.
-       Ah ouais ?
-       Ici on est un numéro de série et un compte en banque. Le reste c’est du pipi de chat.
-       Le pipi de chat c’est ton cynisme, ça fait chiqué.
-       C’est pas fait pour faire plus que ca. Bon, ce kawa on y va ?
-       On y va. Amène-toi, on va serrer les louches des cinq brèles ».


Aucun commentaire:

Publier un commentaire