dimanche 19 janvier 2020

Macaron le planqué



Venez donc me chercher !, avait-il crânement lancé en pleine affaire Benalla face à un parterre de ses supporters à la Maison de la Chimie. Une de ces formules provocatrices à lemporte-pièces dont il sétait fait une spécialité. Le genre de saillies que ferait un petit roquet dressé sur ses ergots se sachant surprotégé et hors de portée. Une saillie qu’on aurait tout à fait pu imaginer dans la bouche dun Sarkozy, cours après moi que je tattrape, attrape-moi si tu peux, même pas cap !

Une formule qui est restée et qui a créé des vocations … Car depuis plus dun an, combien de gaulois réfractaires sy sont attelés, à essayer daller le chercher, Manu languille ! Depuis une course poursuite à la voiture présidentielle au Puy-en-Velay où les noms doiseaux avaient fusé, ce On vient te chercher chez toi aura été scandé et chanté sur tous les tons, y compris par un curé rigolard en son église devant ses fidèles hilares.

Ce si mal élu qui prétendait incarner le nouveau monde et s’autoproclamait Jupiter dun pays rempli dalcooliques illettrés pas même capables de se payer un costard est parvenu en un temps record à de tels sommets dimpopularité que la moindre de ses balades en son royaume donne lieu à des lâchers de poissons. On ne compte plus les face-à-face houleux avec ces sujets irrespectueux qui patachonnent dans leur tête, lesquels sujets, loin de lui témoigner quelque égard eu égard à sa souveraine fonction, lui rentrent dans le lard en désossant ses argumentaires mensongers. Sans parler de ces foules absentes aux commémorations nationales qu’il préside et qui contraignent les cameramen des chaines dinformation continue à multiplier les plans serrés, histoire de masquer la comédie dun pouvoir en représentation face à une salle quasi vide.

Depuis un certain 1er décembre 2018 où effrayés par la force insurrectionnelle en marche vers le Palais les filets de sécurité du pouvoir avaient prévu dexfiltrer par les airs cette grande courageuse, la poupée élyséenne ne tient plus qu’à un fil constitué par des rangées de Terminator surarmés. Le rejet consommé et irrémédiable de sa petite personne et de sa politique anti France ayant explosé la couche d’ozone, le voilà qui plus hors sol que jamais enfile des discours déconnectés du réel, se retranche aussi souvent que possible à létranger, nie contre toute logique des évidences  et des faits observables, sattribue des succès imaginaires, court après des thématiques supposées le remettre en selle et collectionne les en même temps jusqu’à nous filer le tournis. De plus en plus souvent enfermé dans sa tour divoire, le voilà qui contraint son service de sécurité à semer des fausses pistes pour ne surtout pas prendre le risque de se faire alpaguer à proximité de ses lieux de villégiature par ce peuple tant honni qui sen va le chercher dorénavant jusque dans les salles de théâtre parisiennes.

Mis en piste pour appliquer aveuglément des directives signées en haut lieu par les empereurs de lEtoile Noire, brader à la découpe les biens nationaux et casser un à un tous nos droits sociaux, la marionnette des oligarques n’a dorénavant dautre choix que de continuer à exécuter leur feuille de route en se mettant autant que possible à labri. Sa popularité, compte tenu des consignes du comité exécutif planqué dans lombre, ne faisant en rien partie de léquation, nous voilà condamnés à tacher en vain de débusquer le pantin, et à ne lentrapercevoir que dans la petite lucarne où Sourdingue 1er sen viendra de temps à autre lire sur un prompteur les traductions des GOPE avec un regard aussi habité que celui dune intelligence artificielle. Pour ensuite continuer à se planquer.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire