mardi 2 avril 2019

Le Club Bilderberg ou le tableau de bord de notre monde



C’est en 1954 que se réunit pour la première fois dans le plus grand secret dans un hôtel portant son nom ce que l’on peut considérer comme le comité exécutif de ce monde, à la fois son tableau de bord, son think tank et son bras armé. Ce Club Bilderberg d’où toutes les décisions majeures partent put pendant des décennies se réunir une fois par an non seulement sans que rien ne filtre vers l’extérieur, mais en plus sans que soit portée au public la connaissance même de son existence. Et ce au sein d’une civilisation, la notre, occidentale, vivant ou se croyant vivre dans une démocratie où l’on élit librement nous dit-on des représentants censés appliquer ce pour quoi nous les avons choisis.

Le Club Bilberberg fut fondé à l’instigation des dynasties et donc des pouvoirs de ceux avaient en 1913 mis la main sur la monnaie américaine. Ce qui impliqua instantanément la capacité opérationnelle à tout régir par la simple aptitude à battre monnaie, à créer de l’endettement en prêtant une somme qu’ils ne détenaient point et bien entendu à encaisser des intérêts exponentiels. La FED ou Reserve Fédérale Américaine fut constituée de haute lutte contre un Congrès qui tacha de s’y opposer, et fut portée par Wilson, président américain de l’époque dont la campagne avait été intégralement financée par ces familles, auxquelles il rendit courtoisement la politesse en leur remettant purement et simplement les clefs du coffre.

Trois cercles composent ce Club, trois cercles qui ne partagent pas exactement les mêmes informations quant à la stratégie réelle poursuivie par ce pouvoir de l’ombre qui finance, sélectionne et domine ceux que nous tenons pour des puissants, à savoir nos représentants. Lesquels demeurent leurs obligés et appliquent scrupuleusement les politiques voulues par ces grandes familles contre les intérêts mêmes des peuples qu’ils gouvernent.

Un premier cercle, une dizaine d’individus, composé des instigateurs initiaux, Rothschild, Rockefeller, Morgan et autres, on peut parler d’un noyau.

Un second auquel se rattachent les grandes familles fortunées et autres têtes couronnées, d’Europe surtout, à commencer par la famille des Windsor, lesquels tous ont des intérêts privés on ne peut plus liés à la stratégie définie par le cercle initial.

Enfin, un troisième et dernier cercle, qu’ils appellent les invités, comprenant des personnalités des mondes politique, financier, économique, médiatique, militaire, services secrets, scientifique et universitaire. Personnalités soit déjà bien installées soit en devenir et sur lesquelles le Club mise comme on finance un cheval pour lui faire remporter des courses à son propre profit. En clair, on trouvera régulièrement dans cette dernière catégorie à la fois la liste de nos principaux leaders politiques – pour mémoire Edouard Philippe y a fait un saut – et quelques jeunes pousses sur lesquels ce système occulte mise – au hasard, Emmanuel Macron. Autant vous dire que destituer l’actuel locataire de l’Elysée, compte tenu du contexte, la velléité a de quoi faire sourire …

Ce Club rassemble aussi des intérêts privés surpuissants qui sans jamais avoir à en référer à qui que ce soit prend en son sein les décisions majeures concernant à la fois notre société, et au delà ce monde. C’est au sein de ce Club que se décident par exemple les guerres, lesquelles constituent pour les plus grandes fortunes d’exceptionnelles occasions de s’enrichir, notamment, et Dieu sait si ces familles ont souvent utilisé cette technique, en finançant les deux belligérants, comme ce fut le cas lors de la seconde guerre mondiale. Il s’agit de nos jours pour elles de s’attaquer aux états non alignés un à un et de mettre la main sur leurs coffres, c’est-à-dire leurs banques centrales, et donc de fomenter des guerres pour faire tomber les récalcitrants. Dans ce domino, on peut par exemple dire que l’Iran constitue une faille dans leur pouvoir hégémonique ainsi que le furent ou le demeurent certains états de cette région, je pense évidemment à l’Irak, à la Libye, à la Syrie, au Yemen … Ce qui signifie que toutes ces guerres qu’on nous vend sous différents prétextes autour des droits de l’homme servent en définitive des intérêts privés o combien spécieux, et donnent lieu une fois lancées puis remportées à des privatisations à la fois de ressources naturelles et de monnaies, toujours au moyen de l’accaparement des banques centrales.

Plus proche de nous, c’est au Club Bilderberg que fut discutée la nécessité de poser les bases de notre actuelle Union Européenne et écrit le contenu du Traité de Rome de 1957. Que Georges Pompidou fut sélectionné pour succéder au Général de Gaulle en France, lequel en échange fit adopter en 1973 la Loi appelée Pompidou Giscard donnant à la Banque de France une réelle autonomie, et consistant en clair à la livrer à la main des intérêts privés de ces grandes familles. Que furent posées les bases du Traité de Maastricht, avec l’autonomie de la BCE, elle aussi dans les mains des mêmes, et qui impose aux peuples l’austérité sans fin, puis du Traité de Lisbonne qui nous emprisonne dans l’UE et aux diktats des lobbies. En clair c’est bel et bien là, dans un cénacle on ne peut plus secret dont absolument rien ne transpire, sinon un ou deux ouvrages écrits au début des années 2000, que tout se décide. Ce qui évidemment signifie que ceux que les peuples considèrent comme celles et ceux qui tiennent les rennes de leur destin ne sont que des pantins et des exécutants.

La logique même de la stratégie de ce Club tend à tout s’accaparer, les biens publics, les ressources naturelles, l’économie financière tout entière, évidemment les institutions internationales qu’elles contrôlent pour leurs seuls intérêts, que ce soit la Banque Mondiale, le FMI, l’ONU, l’OMS – bras armé du secteur de la santé qui constitue à leurs yeux une source d’enrichissement incomparable, secteur que l’on peut mettre en parallèle avec à la fois l’industrie alimentaire, la privatisation de l’eau, évidemment les semences et la firme Monsanto, lesquelles créent des maladies en jouant sur l’abaissement des défenses immunitaires des populations, lesquelles maladies étant traitées par des remèdes et des médicaments contribuant à aggraver la santé des patients. Ce qui a pour effet de resserrer davantage la serre de l’asservissement de la masse fragilisée à la micro minorité.

La main mise sur les médias constitue bien entendu une étape clef de la stratégie dudit club privé, lesquels médias, dans la suite de la privatisation rampante mais réelle de l’éducation et le contrôle des programmes scolaires, procèdent à une entreprise mondiale de formatage et d’abrutissement des individus. Médias où, sous l’apparence d’une diversité d’opinions de façade, on – les journalistes stars, sous l’égide de propriétaires milliardaires soumis eux mêmes à l’oligarchie mondialiste – défend un et un seul modèle, tout en cachant à l’opinion ne serait ce que l’existence même de ce Club d’où toutes les grandes décisions impliquant nos vies partent en direction des gouvernements aux ordres.

N’oublions pas, bien entendu, le nerf de la guerre, j’entends par là, la leur, celle qu’ils nous font, qu’est la dette, c’est-à-dire à compter de la privatisation des banques centrales, l’asservissement des états nations à une dette fictive créée de toute pièce donnant lieu à des crises économiques sans fin et bien entendu à l’asservissement absolu et progressif des populations elles mêmes, contraintes à verser de plus en plus à un état soumis à des intérêts privés pour rembourser des intérêts aussi indus que payés en espèces sonnantes et trébuchantes. Dettes qui sont évidemment l’occasion de privatisations en cascade des biens nationaux bradés par un état dont les membres et les hauts fonctionnaires perçoivent de sympathiques rétributions en échange de leurs services rendus au sommet caché de cette pyramide à laquelle ils font en secret allégeance.

Il est, je finirai sur cette simple remarque de bon sens, quelque peu étonnant que ce sujet on ne peut plus majeur pour comprendre dans quoi s’insèrent les politiques auxquelles nous nous soumettons et qui entre nous créent de plus en plus de souffrances, d’exclusions, de misères et de ruines, ne fasse jamais l’objet de la moindre, je ne dirais pas étude, mais brève, ni dans nos médias – le sujet est tabou -, ni dans les partis politiques, y compris dans ceux qui s’affichent comme les plus durs opposants à ces politiques mêmes. Que l’on puisse depuis presque soixante dix ans laisser se réunir en grand secret des personnages disposant à la fois de pareilles fortunes et de pouvoirs aussi énormes sans que rien ne filtre de leurs échanges, avouez que c’est un peu fort de café, et pourtant c’est bien ce qui se pratique à grande échelle. Que, par ailleurs, on s’acharne autant contre celles et ceux qui tachent avec leurs petits moyens de dévoiler un complot mondial. Alors que la simple existence de ce Club archi select fermé sur lui-même de manière paranoïaque et dont tous les pouvoirs conspirent pour ne rien laisser filtrer devrait pourtant suffire à ce que tout un chacun se pose à lui-même en toute logique un minimum de questions de simple bon sens. Pourquoi pareil silence, s’il n’y a rien à cacher ?


6 commentaires:

  1. Bon, allez, qu'est-ce qu'on mange ce soir ?
    Ceci, comme beaucoup de choses analogues ne constitue qu'une moitié d'un billet de 100$ coupé en deux, dont chacun de nous a une part de l'autre moitié. Et voici que le billet est reconstitué et opérationnel grâce à notre aimable collaboration. Le lâche qui jongle journellement avec le terme génialement trouvé "complotiste" (wouha le c...! aurait dit Coluche) est, ni plus ni moins aussi coupable que les Biderbergers fustigés.
    Et oui, il est bien plus réconfortant de ne parler jamais que de la première moitié du billet.
    Plus que notre mort physique, c'est notre âme que veut le démon. Que la seconde partie du billet ne se fasse pas d'illusion : ils paieront un jour le prix de leur bassesse.

    RépondreSupprimer
  2. Merci bcp Christophe pour ce résumé magnifique qui simplifie le complexe du macro’ par des faits clairs et indéniables ..réussir à faire prendre conscience de cet impensable incroyable invraisemblable est chose difficile mais pourtant tu m’as permis de mieux comprendre ce monde mais surtout qui le contrôle et quel est le plan on fine de tout cela ...mille mercis en ce sens et au plaisir de te voir à l ecran..et merci pour tes écrits plus romancés mais tout aussi vivant...🙏🏻😌

    RépondreSupprimer
  3. Salut Christophe quand je pense que certains de considère comme un clochard, tes écris doivent sacrément les emmerder il n'y a que la vérité qui blessé. Bonne route à toi et bien le bonjour du Lot

    RépondreSupprimer
  4. – pour mémoire Edouard Philippe y a fait un saut – et quelques jeunes pousses sur lesquels ce système occulte mise – au hasard, Emmanuel Macron.

    Il s'est dit que Fillon fut rejeté par Bilderberg au profit de Macron pour deux raisons. Il a trop affiché sa religion catholique et son amitié pour Poutine.
    Macron ne pouvait que les séduire et accompagné de E.Philippe, l'homme qui a peur des requins, ça fait sourire !

    RépondreSupprimer
  5. Cette monstruosité à qui nous avons peut-être ou sûrement permis d'exister et se développer est tellement bien assise confortablement dans notre vie d'humain, fait qu'a chaque fois que je lis ou relis à son sujet, il naît en moi le même sentiment d'horreur et d'impuissance, comme une petite fille à qui on aurait lu un mauvais conte et que la nuit de sommeil aidera à faire disparaitre...hélas... l'étau se resserre de plus en plus et d'une manière si accélérée, ces derniers temps... je cherche depuis longtemps et encore plus avidement maintenant, les petits chemins de traverse qui permettent de respirer plus fort, plus haut. Un chamanne m'avait dit un jour, que bientôt la tempête serait si violente, qu'il faudrait trouver le mas de son propre bateau et s'y accrocher le plus fort possible pour une traversée périlleuse. Un mas fait des plus belles choses de notre vie, l'amour des siens, la nature qui nous entoure, nos partages, nos échanges, notre créativité...etc.c'est pour cela, que même si j'apprécie énormément vos analyses sur l'actualité et ce texte sur ce groupe démoniaque, c'est avec vos livres dont "Paroles du Christ",toujours sur ma table de chevet, vos textes sur le 7ème art et j'espère bientôt comme vous en aviez parlé lors d'une vidéo, des partages sur l'art, la musique, les civilisations...etc. que vous pavez mes petits chemins de traverse ou que vous consolidez mon mas, au choix. Merci Monsieur Houplon.

    RépondreSupprimer
  6. Rien en ce monde n'est nouveau, ni inébranlable ....
    Quand viendra le moment tout recommencera, l'avenir est écrit et plus encore scellé, les imposteurs qui gouvernent ce monde le savent, ils en profitent au maximum car jamais plus leurs âmes pourries se réincarneront, c'est la dernière fois !!!
    Le Créateur ne les pardonnera point, ses Démiurges existent déjà, ils regardent pour lui, s'ils n'interviennent pas ni se montrent c'est parce que vous n'en valez plus la peine et que vous n'avez rien compris ! (même toi Christophe)
    Il était une fois un aigle qui naquit dans un poulailler. Éduqué par les poules, il picorait comme elles, cherchait les vers de terre. Puis un jour devenant grand le jeune aigle remarqua un oiseau majestueux volant dans le ciel, alors il demanda a mère poule : "mais qu'est ce donc cet oiseau?". Mère poule répondit : "c'est un oiseau de ton espèce, comme toi". Le jeune aigle comprenant son potentiel pris enfin son envol.
    Puisse cette histoire millénaire encore une fois réveiller les Hommes et émerveiller leur Créateur.

    RépondreSupprimer