lundi 22 avril 2019

La Notre Dame de Manu




Retrouvant enfin quelques couleurs sondagières à la suite du choc émotionnel collectif faisant suite à l’incendie de Notre Dame, notre Président des Riches s’est aussitôt autoproclamé Grand Architecte en même temps de la reconstruction du Monument National et de l’Histoire de France. Le voici, la communication élyséenne fonctionnant à plein régime, remis sur le trône en une geste miraculeuse où celui qui semblait tenir le sceptre en tremblotant s’arroge la faculté par sa parole de réunir un peuple qu’il aura depuis son intronisation divisé, méprisé, insulté, surtaxé et fait tabasser comme jamais personne avant lui à ce poste. Pour du beau, du grandiose, du transcendantal jupitérien comme il aime.

Remettre ses petits mocassins dans l’Histoire Nationale à un mois et quelques d’élections qui risquaient de faire échouer son propre parti – le drame tombe à pic ! Cela dit Manu, c’est pas gagné !

L’appel à la générosité populaire, y compris dans les supermarchés de ses amis les milliardaires d’Auchan et consorts, quelques centimes d’euros multipliés par des dizaines de milliers, vous nous devez 7.94 euros, on arrondit à 8 pour Notre Dame ? Dans un pays où l’Etat capte 52% des ressources des travailleurs en impôts et taxes, cette demande de verser une obole de plus frise l’indécence, mais nous n’en sommes plus à cela près. Cela semble pour certains naturel que de participer à un immense racket national de plus, où les plus avantagés des plus avantagés sont en train de réussir un admirable looping en guise de défiscalisations. Les petits qui se feront avoir donneront deux fois sans s’en rendre compte tout en caressant leur laisse, avec le sentiment d’avoir fait une bonne action.

Il est cocasse de voir que les plus grands champions de l’optimisation et de l’évasion fiscale, le groupe Total au hasard, qui ne contribue pas à hauteur d’un et un seul euro aux recettes hexagonales, et sont donc directement responsables avec l’accord de nos gouvernants de l’état de délabrement absolu de nos finances publiques, rappliquent telles de sympathiques dames patronnesses après des années d’oubli de la cause commune. Des chacals déguisés en généreux donateurs que nos premiers de cordée.

On trouve encore des français pour lesquels oser faire le lien entre ce qu’on ôte au peuple et ce qu’on verse avec abattements pour des pierres est le comble de l’indécence. Que je sache, depuis la loi de 1905 de séparation entre l’Eglise et l’Etat, le fait que ce soit à la collectivité nationale d’entretenir voire de réparer un bâtiment séculier fut-il chargé de l’histoire nationale ne m’apparaît pas tomber sous le sens. Notre Dame, ce me semble, on pourrait tourner le regard vers le Vatican et ses milliards gérés depuis la City, avant que de faire une souscription nationale ? Hélas depuis le 15 avril au soir, notre bon pape est une fois encore aux abonnés absents. De même, organiser un concours d’architectes international pour refaire, différemment qui plus est, une flèche dont nous possédons en France à la fois les plans et les compétences pointues pour la recréer à l’identique – question évacuée, Jupiter a tranché.

Là, pas davantage que la piste d’un incendie criminel – laquelle piste, avant même qu’un enquêteur ait pu mettre un pied sur les lieux semble d’après la presse déjà abandonnée - ces questions semblent mériter d’être posées pour nos pseudos bâtisseurs républicains. Ceux-là même – Hidalgo et Hollande approuvant le projet pharaonique de l’architecte Dominique Perrault, et aujourd’hui Macron - qui en 2016 ont validé un projet architectural faisant de l’Ile de la Cité une espèce de complexe marchand attrape touristes, comprenant, sous la férule d’Unibail et Auchan, des tas de commerces j’imagine pas très bon marché à proximité de cette Cathédrale new look 2024. Notre Dame intégrée à un dispositif marchand, nous y voilà. Le parvis vendu à Auchan et Unibail, et des commerces en sous-sol comme aux Halles.

Notre Cathédrale, un sympathique Grand Maitre d’une Loge franc-maçonne européenne l’a malicieusement qualifiée de Temple dont il a estimé que la reconstruction – le diable se niche dans les détails – constituait, je cite, une opportunité. Les travaux peuvent commencer, avec pour horizon les JO de 2024 !

Cet nième incendie d’un lieu de culte catholique en France tombe décidément à pic pour bien des puissances d’argent, et sert leurs obligés dans leurs desseins communs. Les casseurs reconstruisent, se servent au passage et se réapproprient les biens. Etatiser les dépenses, privatiser les gains, et tuer au passage l’esprit.


4 commentaires:

  1. Cher ami, je suis bien d'accord avec vous et aucun catholique connaissant sa religion ne devrait donner (de son gré, car il donnera de force) un seul centime pour bâtir le Pandemonium de la religion universelle sur les cendre de ce sanctuaire profané. Il y aura pourtant des "chrétiens" selon le terminologie des occupants de l'Eglise (ils ont honte d'être qualifiés de Catholiques) qui le feront, poussés par les chefs des druides. "Ah les imbéciles !" aurait tonné Bernanos.
    Ceci dit Christophe, si c'est à l’État qu’échoit l'entretien des églises, c'est parce qu'elles ont été saisies en 1905 et sont sa propriété.

    RépondreSupprimer
  2. Quand je dis que cet incendie est une bénédiction .
    C'est vrai que les coincidences sont troublantes .
    Mais bon aprés c'est du complotisme.En tout cas il y en a qui vont en tirer profit .C'est juste une histoire de fric,aussi triste que ça!

    RépondreSupprimer
  3. Entièrement de votre avis cher Christophe, nous devons nous mobiliser pour défendre ND et cesser de parler de reconstruction, mot révélateur des intentions de base de ce gouvernement criminel qui ne pense qu’au projet commercial.
    ND n'est pas écroulée elle doit être restaurée et non reconstruite, mais ... le veulent-ils ?
    Aux faits exposés et suppositions du foyer incendiaire qui expliquent ce brasier impossible sans le provoquer, viennent s'ajouter des petits signes encourageants : l'ancien autel et la statue de la Vierge Marie ne sont pas touchés alors que l'autel récent est détruit. Ce qui nous renvoie à Louis XIII qui ayant eu du mal à avoir une descendance avait choisi de remercier la Vierge en lui donnant le patronage de la France suite à la grossesse de son épouse. Notre Dame porte les traces de la foi du roi.
    L'autre signe de renaissance est l'obligation de protéger l'habitat des faucons crécerelles, or et ceci est pour Light, la frayeur de l'incendie passée, un couple de ce petit rapace est revenu nicher dans les gargouilles.
    Ce gouvernement ne sait pas s'arrêter de mentir, le mensonge est leur étendard, ainsi samedi dernier, donc Pâques, l'accès au pont de Grenelle (statue de la Liberté !), nous fut interdit au motif que le pont menaçait de s'écrouler. Quelques heures après il ne s'écroulait plus et la circulation était rétablie.
    Que cachait ce mensonge ... alerte d'une bombe ? désir de manipuler par la peur ???

    RépondreSupprimer
  4. Salut Christophe, cela me fait plaisir de te lire, d'autant plus plaisir que je partage ton analyse. Un jour si tu as le temps, nous pourrions tenter de nous parler sur les fils de la toile...
    Laurent Fournier

    RépondreSupprimer