mercredi 3 avril 2019

Chefs d’œuvre du 7ème art - Lemming



Alain Getty (Laurent Lucas), ingénieur en domotique, vit avec son épouse Bénédicte (Charlotte Gainsbourg) dans un quartier tranquille situé en périphérie de Toulouse. Un soir, Alain invite à dîner son patron Richard Pollock (André Dussollier) et sa femme Alice (Charlotte Rampling) ; mais le repas est rapidement interrompu par le comportement étrange et agressif de cette dernière.

La nuit venue, ne parvenant pas à s’endormir, Alain décide de regarder dans le tuyau d’évacuation de l’évier – Bénédicte lui ayant signalé qu’il était bouché. Il y trouve avec stupeur un petit animal qui ressemble à un rongeur…

Lequel rongeur se nomme lemming, un petit animal qui ne vit guère qu’en Scandinavie, et n’a donc très logiquement aucune raison de pénétrer la tuyauterie d’un pavillon moderne de la banlieue de Toulouse. Lemming qui symbolise, par l’absurdité même de sa présence, l’intrusion de l’irrationnel et du fantastique dans l’intimité d’un couple en apparence plus que parfait. Trentenaires, tous deux enfants gâtés du système qui les fait vivre et s’unir, Alain et Bénédicte sont comme l’envers du couple formé par le patron d’Alain et son épouse. Un couple pervers, dont le mari incarne admirablement le danger, de part l’absence absolue d’interdits qu’il s’impose, et elle la figure de la mort. Il est bel et bien le patron, celui dont Alain, un ingénieur pour qui contrôler tous les éléments de son intimité est comme une obsession – il vient d’inventer une webcam volante dont la mission est de prévenir tout problème domestique au cœur de la maison – est le salarié préféré comme la cible. 

Ainsi le besoin de contrôle d’Alain sur son environnement, ainsi que la normalité presque caricaturale du couple qu’il forme avec une femme en apparence tout à fait dans le rang – et dont la progression de l’intrigue va révéler au fur et à mesure un tout autre visage dont nous ne saurons jamais avec certitude si ce second visage est réel ou s’il n’est pas la création pure de la névrose qui envahit son mari –, ce besoin de contrôle va subir une succession d’accidents crescendo et faire exploser les conventions. Et faire se fissurer le concepteur qu’est ce jeune ingénieur trentenaire.

Dominik Moll, comme dans son opus précédent, Harry un ami qui vous veut du bien, aime confronter des opposés et traiter de l’intrusion dans la normalité d’un élément perturbateur qui va tout remettre en cause, et révéler le caractère de ses personnages au travers d’une épreuve initiatique. S’inspirant du cinéma de David Lynch, qu’il adore, et notamment de Blue velvet, dans lequel le personnage masculin principal, comme celui ici superbement incarné par Laurent Lucas, pénétrait lui aussi le dessous de la surface des choses, il créée une intrigue où l’anormal est comme le complément indispensable de la norme, voire sa conséquence. Formellement, l’apparition de l’angoisse et du surnaturel se greffent sur des intérieurs impersonnels voire glaçants, des maisons et des pièces faites de métal et de verre, avec des éclairages artificiels trop travaillés, entre l’ombre et la lumière aveuglante. Décors dans lesquels le personnage masculin est comme un rat de laboratoire se débattant avec ses peurs primales.

La vie du couple dit normal, nous suggère le cinéaste, n’est rien d’autre qu’un décor en trompe l’œil, une maison témoin dans laquelle un minuscule rongeur va pénétrer pour en faire dérégler tous les éléments un à un, un peu comme une horlogerie qui déraille. Le trouble, le sexe, la tromperie de l’être aimé, la tentation, le fait d’en savoir en fait pas tant que ça sur cet autre qui partage son quotidien, le retour du refoulé suivant le besoin de contrôler les choses – en somme, au travers d’une fiction décalée et emplie d’angoisses, interprétée par un quatuor d’acteurs à leur sommet, un jeu consistant à déséquilibrer l’existant en transformant un paradis artificiel en enfer intime.




1 commentaire:

  1. " ... absence absolue d’interdits..."
    Ben oui, tout ça et bien d'autres choses encore, c'est le paganisme !

    RépondreSupprimer