mercredi 20 mars 2019

Manu pique une crise !



On peut toujours compter sur Le canard enchainé pour occuper notre temps de cerveau disponible avec des confidences murmurées dans les couloirs du pouvoir par les laquais de celui-ci et autres subterfuges dudit pouvoir destinés à détourner l’attention de ses lecteurs amateurs de ragots.

Ce mercredi, notre enchainé palmipède nous a concocté un plat de résistance fort goûtu à base de colères théâtralisées de notre bien aimé monarque de retour de ski, lequel monarque aurait, d’après les indiscrétions, plusieurs fois tapé du poing sur la table sans fort heureusement casser sa Rolex. Ouf !

Manu se serait donc emporté contre tous ces incapables qui le servent, et tout le monde y serait passé. Doudou Philippe, injoignable pendant plusieurs heures tandis qu’on foutait le feu au Fouquet’s, et que le pauvre Castener cherchait à le joindre – on se demande bien pourquoi notre sinistre de l intérieur cherchait à joindre son papa au lieu de prendre tout seul comme un grand des mesures, mais passons. Evidemment la Préfecture de Police de Paris et cette nouille de Delpuech, dont le scalp aura servi de tête d’ampoule de fusible, laquelle préfecture de police a osé ne pas appliquer les consignes au sujet des LBD voulues par le roitelet viseur d’yeux de canaris. Quoi ? hurla Manu, vous avez osé ne pas les éborgner, ces gueux ? Putain mais c’est quoi ce bins ?

Tous les conseillers du petit skieur du samedi y sont passés, nous chante le Canard, ce fut soufflante sur soufflante. Le pauvre Castener, du coup, s’est senti obligé d’aller à la radio d’état chouiner que non, Manu l’avait pas grondé. On se pince devant ce spectacle digne d’une cour de maternelle ou un gars aux épaules de déménageur qui galoche à tout va entre deux parties de poker s’en va dès l’aube assurer les sujets de son royaume que le petit freluquet de cinquante trois kilos qui dirige la France ne lui a aucunement flanqué une giffle, pour ne pas dire une biffle.

Manu, on le voit, avec la complicité du Canard, feint et le fait savoir. Avoir flambé la cantine de Bernard Arnaud sur les Champs Elysées tandis que je descendais une piste noire, attendez que je vienne vous chercher ! Morte de rire mais bien briefée pour jouer les offusquées, la poupée Rothschild tient là toutes les justifications possibles et imaginables pour entériner l’Etat Policier. Vu qu’il paraît que le Fouquets c’est la vitrine de la République Française, casser un carreau de la devanture dudit self de luxe justifie donc exploser la tronche de ces extrémistes en tenue fluo pas même capables de se payer un costard.

Donc la fausse saine colère habilement relayée par le palmipède, qui est là pour préparer les esprits. Quatre fusibles – dont un vieillard en dépression -, deux ou trois pétages de câbles feints, quelques indiscrétions, on laisse Castener et Lemaire se faire convoquer comme des mômes au Sénat devant de vieux screugneugueu de droite, on lâche les chacals des médias couiner comme il faut. Et on ramasse la mise, à savoir la validation que rien ne vaut la répression pour préserver les intérêts bien compris des ultra-riches !


3 commentaires:

  1. Et ça : https://strategika51.org/archives/62007 Chris ?

    RépondreSupprimer
  2. Ce qui m'inquiète le plus, ce ne sont pas les gaz, ce sont les drones employés pour la première fois et l'apparition du corps d'armée européen que je craignais depuis longtemps. Les drones n'ont pas encore la capacité de juger/arrêter/punir mais c'est bien le but (on a dit longtemps qu'on ne pouvait pas mettre un flic derrière chaque personne... c'est fait!). Et le risque d'un ralliement d'une police nationale au peuple qu'elle est sensée défendre disparaît avec des mercenaires européens qui ne parlent pas la langue. Le bras armé de Bruxelles pour faire directement appliquer les "recommandations" dans lez zones récalcitrantes s'il en reste.

    RépondreSupprimer