jeudi 7 mars 2019

Grand débat débile déceptif




Préparant les esprits au dépouillement du grand questionnaire hexagonal à destination des français, notre sympathique premier ministre Edouard Philippe vient en service commandé par Sa Majesté de nous lâcher une perle dont il a le secret.

« Le risque déceptif est important», telle fut la formule magique ! Inventant au passage un nouveau mot. Et ajoutant malicieusement.

« Ce qui est important c'est de voir la méthode avec laquelle nous avons travaillé. Ce grand débat est un succès. On nous l'annonçait comme un échec ».

L’important n est pas l’ivresse mais bien la fiole. Ou si vous préférez, dites-nous ce dont vous avez besoin, on vous apprendra à vous en passer !

La dose d’humour de notre Doudou d’amour est avouons-le réjouissante. Non que cette préannonce étonne les quelques uns d’entre nous à qui on ne l’a tellement pas fait qu’on a immédiatement détourné le regard de ces grands raouts du monarque et des cahiers de doléance gentiment remplis par des compatriotes quelque peu naïfs.

La démocratie participative sur le thème ségolénien du Mon programme c’est vous, Macaron nous l’avait d ailleurs déjà jouée à l’aube de sa campagne de 2016, envoyant, souvenez-vous c’est pas vieux, des milliers de marcheurs à la rencontre des vrais gens afin de faire remonter les besoins comme on fait remonter la cuisson d’un pot-au-feu.

La suite on la connaît, un catalogue rose et bleu, une campagne riche de slogans creux et creux de mesures. En d’autres termes une jolie entourloupe !

Ni une ni deux, à peine élu depuis deux ans que, détournant l’attention de ces canaris antisémites et homophobes aimant casser de la vitrine tous les samedis, le banquier d’affaires nous ressert le même plat ! Dites-moi ce que vous avez dans la tête que je vous explique comment on va le faire mijoter à notre sauce déceptive.

On a appris, o scoop, que les questionnaires dument remplis ont été adressés à une entreprise privée pas vraiment française et pas vraiment anti ultralibéralisme, bien au contraire. Un QCM donc comprenant des questions fermées donnant lieu à de sympathiques pourcentages censés servir de tableau de bord à nos bigleux sourdingues préférés, et une liste de questions ouvertes que cette boite privée va étudier au moyen … d’algorithmes !

J’imagine la déceptive de Lucienne et Marcel, lesquels se sont appliqués à tartiner en essayant de limiter le nombre de fautes de syntaxe, apprendre que le dépouillement est confié à une troupe de frères et sœurs de Sofia de l’Intelligence Artificielle. Si j’avais su j’aurais pas participu, qu’ils diraient.

En attendant Manu s’est offert une campagne européenne clef en mains pépère avec la complicité des médias, des élus et de pas mal de français. Le tout pour demander à nouveau aux derniers de quoi ils ont besoin histoire de s’asseoir dessus à peine glissé le bulletin LREM dans l’urne.

Et de hausser les épaules devant la commission des droits de l’homme du Conseil de l’Europe sur l’utilisation abusive des LBD, et de s’apprêter à en faire de même sur à peu près le même sujet à une seconde commission, des droits de l’homme toujours, cette fois de l’ONU, la marionnette de ses amis Rockefeller.

Droits de l’homme et Rockefeller, ça sonne bien ensemble ces deux termes !


Aucun commentaire:

Publier un commentaire