vendredi 15 mars 2019

Chefs d’œuvre du 7ème art - Ceux qui m’aiment prendront le train




Jean-Baptiste Emmerich, né à Limoges, artiste peintre scandaleux et tyrannique mort à Paris, veut qu’on l’enterre à Limoges au cimetière de Louyat. C’est par cette phrase qu’il règle ses dernières volontés, lui qui voyait arriver la mort et ne voulait pas partir en laissant les autres en paix. Sous couvert d’enterrement, ce film dissèque une journée d’une quinzaine de personnages en crise, rassemblés autour d’un mort, dont la présence et le regard les faisait exister, qui ont perdu tout repère et se retrouvent obligés de se confronter les uns aux autres. Cet homme, en quittant ces vivants qu’il avait si fort influencés, les laisse face à des questions que sa présence faisait oublier.

Quatre ans après sa sublime Reine Margot, retour de Patrice Chéreau à un sujet plus contemporain autour d’un enterrement d’artiste – qui pourrait être lui compte tenu que les présents sont tous ou presque membres de sa troupe d’acteurs – et de la comédie humaine qui virevolte à sa suite. Deux heures construites autour de deux blocs narratifs et formels, un premier long d’une heure, le temps du voyage dans un train Corail de Paris à Limoges, caméra à l’épaule. Et un second, plus classique, plus huis clos théâtral aussi, l’enterrement et la veillée dans la maison du frère du défunt.

Ceux qui l’aimaient dépendaient tant de lui que sa disparition révèle à la fois les failles individuelles et les conflits latents entre eux. Comme dans un portrait de famille au vitriol, les survivants, loin de vivre un deuil, règlent avant, pendant et après leurs comptes. Dans cet étalage d’immaturités, de blessures non cicatrisées et de rancœurs, de trahisons et de mensonges, on retrouve quelque peu l’univers cancérigène de la famille des Médicis telle que Chéreau la peignit dans son opus précédent, également sa vision pessimiste voire tragique, ici semée de touches d’humour, de l’humaine condition. Rares sont les purs, légion sont les médiocres, ceux qui prennent le train car se mettant à la remorque de, et se retrouvant telle la cigale de la fable démunis quand la brise fut venue.

Une fois encore le metteur en scène de théâtre excelle ici à diriger une troupe de comédiens qui pour la plupart ont du mal à exceller chez un autre que lui, tout du moins dont le talent ne suffit pas à sauver ailleurs que chez les grands metteurs en scène des rôles passablement écrits. Chéreau fut plus que leur metteur en scène, à la fois leur découvreur et leur pygmalion, Vincent Perez, Pascal Gregory, Valeria Bruni sont nés chez lui. Et la manière cinglante avec laquelle il les expose ailes brisées après la mort du maitre, ne tenant guère en place, ne parvenant pas à faire leur deuil, tourner la page et cesser leurs vaines querelles a quelque chose de croustillant, à la limite de la misanthropie sur le tard. Vaillant jusqu’au bout, Chéreau les magnifie tous néanmoins et leur sert à chacun un nouvel écrin ou chacun joue l’anti héros qui est presque une projection réaliste d’eux mêmes. La caméra, tantôt virevoltante tantôt apaisée, les fixe sur pellicule comme des insectes tantôt affolés tantôt immobiles et perdus. Papa n’est plus, il va peut être falloir commencer à vivre en adultes …




Aucun commentaire:

Publier un commentaire