lundi 4 mars 2019

Chefs d’œuvre du 7ème art - Cabaret



« Willkommen, bienvenue, welcome »…

Cest par ces mots susurrés et chantés par le maitre de cérémonie du Kit Kat Klub que nous entrons dans ce cabaret dun monde décadent, celui qui conduit de la République de Weimar à lhitlérisme, à ses tous débuts. A mille lieux de la comédie musicale traditionnelle et classique, le chef dœuvre de Bob Fosse, adapté dun roman de Christopher Isherwood, pénètre un réel que le musical va autant déformer que représenter, de manière grinçante, cynique, distanciée et désabusée.

La vie est un cabaret et au Kit Kat et au dehors, là ou les monstres rodent. Sur la scène, les danseuses et les comédiens, grimés outrageusement, font le show et tendent à un public aussi hilare que décadent un miroir, celui de ce monde ou lon doit rire de tout, ou rien ne pèse et ou pourtant tout fiche le camp.

Lhéroïne, Sally Bowles, jouée à la perfection par Liza Minnelli, incarne cette absolue légèreté de celle qui indifférente à lépoque et à ce qui n’a point trait à son bon plaisir, ne voit pas montée du nazisme. Transgressive, Sally tombe amoureuse, essaie un trio amoureux, avorte, et surtout chante et danse, lœil vif et la jambe légère. Sorte dange bleu à la Dietrich, elle est comme une icône dont la comédie musicale va épouser les aventures rocambolesques en parallèle à un malheur ambiant laissé hors champ.

Joel Grey, le maitre de cérémonie, celui qui nous souhaite la bienvenue dans cet univers ou les miroirs et les apparences mais aussi les loupes grossissantes sont comme chez eux, est le véritable demiurge de cette comédie qui magnifie le futile au détriment du tragique. Rien ne pèse, lobsession de largent, celui qui manque tant dans les poches des allemands de lépoque, donne lieu à une chorégraphie endiablée, Money.

Sur la scène ou dans les coulisses, seules les couleurs criardes et les blagues de pétomane grinçantes prévalent. Ce Deus ex machina grime comme un clown mi-drôle mi-inquiétant semble en savoir dix fois plus que les pantins sur scène et dans la salle sur ce qui se joue. The show must go on, live is a cabaret !



Aucun commentaire:

Publier un commentaire