lundi 11 mars 2019

Béchamelle sur les tréteaux



De retour d’un week end aux Seychelles avec sa douce, notre sémillant philosophe et pape de Saint Germain des Prout Prout Bernard Henri Bechamelle a immédiatement fait à nouveau sa valise et, sabre au clair et chemise légèrement entrouverte, s’en est une fois de plus allé courageusement servir la Patrie Cosmopolite Intergalactique des Droits de l’Homme.

Cette fois pas sur des théâtres étrangers lointains ou, parallèlement aux sympathiques actions de l’ami Soros et de sa Open Society Bidule-Chouette, il se fait filmer à quatre pattes essuyant des balles perdues dans d’amusantes reconstitutions de combats de rue imaginaires. Plus près de nous, en Europe. Avec cette fois une nouvelle casquette, comédien. Apres philosophe de comptoir, romancier de gare, cinéaste de navets et botulien ébouriffé, ça manquait à sa panoplie.

Bernie la Schnouf a donc écrit une pièce, pardon, une logorrhée théâtreuse, Looking for Europe, qu’avec son habituelle générosité il se propose tout seul comme un grand d’aller déclamer sur les scènes des capitales européennes devant des publics payés pour remplir les gradins. Là, Bechamelle en son miroir, chemise blanche, costume sombre et mèche rebelle, se lance dans d’interminables et sentencieux plaidoyers pro Macron et anti canaris, callant sa tournée des popotes sur le calendrier des élections européennes. Halte au retour des populismes, sus à la peste brune, tichémite par ci, tichémite par là, BHL dans ses œuvres en mode Best of pour les sourds qui n’avaient pas compris le message que cet olibrius nous conte depuis trois ou quatre décennies.

Très en verve, notre penseur à la narine remplie fustige au passage ces canaris, je cite le grand penseur autoproclamé, « qui, à Paris, ne pensent qu’à casser du flic, du juif et du pédé ». Les pauvres gueux exaspèrent ce grand homme de gauche qui carbure à la lumière de Lucifer, ce pauvre nanti ne peut désormais par leur faute faire ses emplettes Boulevard Saint Germain le samedi, et est obligé du coup de se revêtir d’une minerve et d une cagoule Hermès pour ne pas se faire lyncher par ceux que Sa Suffisance écrase de sa morgue méprisante depuis toujours. Du coup, ce grand courageux a pris sa plume, se l’est mise en orbite là ou je pense et déclame en faisant des moulinets avec ses grands bras des tombereaux de périphrases ne voulant strictement rien dire sur les tréteaux de quelques théâtres daignant accueillir le Messie de l’Oligarchie.

Béchamelle, la sauce béchamelle, c’est le genre de mixture qui une fois mélangée à un aliment lui fait aussitôt perdre tout son gout. Telle la gelée rose dont nos amis anglais raffolent, cette bouillie jaunâtre s’étale sur une tranche de gigot et la macule de lipides gluants. Surconsommée elle conduit l’avaleur trop gourmand à développer de légères surcharges pondérales, aux hanches comme dans le fessier, sans compter l’avachissement neuronal du aux surdoses de l’OGM de la pensée qu’est notre BHL cosmopolite.

Ces nouveaux philosophes, la poupée Finkie, Bruckner, feu Gluksman et notre bien aimé Bechamelle, ces médiacraties séniles avant l’heure qui à eux quatre ont dû être à l’origine du lâcher par la fenêtre de deux millions de téléviseurs, n’en finissent pas telles d’anciennes péripatéticiennes de se recycler à l’âge canonique. Après Finkroute dans le rôle de l’apparition surprise au défilé des canaris, un petit coup de main de Bernard La Mite dans le rôle de Grand Débat Avec Moi Même sur les planches européennes. Ces serviles nantis décatis nous auront décidément tout fait !



Aucun commentaire:

Publier un commentaire