samedi 14 juillet 2018

Wendy et les enfants perdus - Peter Pan



Il se tient coudes relevés face à la toile. Derrière, de coté, l'homme l'observe, bienveillant, et voit le geste se poser exactement à l'endroit juste, le trait se lance, il n'y a pas eu une once d'hésitation.

Peter sent, Peter sait, Peter a cet œil, lequel fait obéir la main, la fait courir, voltiger.

L'ami mentor et le maitre, le maitre pour quelques mois ou quelques années, car l'élève, le maitre le sent, le maitre le sait, et l'ami s en satisfait, va un jour dépasser le maitre et voler de ses propres ailes.

Peter a terrassé le Capitaine Crochet, Peter a su conserver sa part d'enfance, dont il a fait bien des œuvres, dans des genres différents. Peter est tout sauf infantile. En quelques petites années l'évolution, constante, vers un art plus adulte, quitter quelque peu les mangas, la BD, l'illustration pure pour la représentation de l'autre, sa transcription. Là ce sont des garçons, des hommes, mais demain ce sera au moment venu aussi des femmes.

Peter a besoin de temps, Peter ne contrôle rien, il maitrise, il a vaincu le Capitaine Crochet, il porte l'enfant intérieur, l'adulte se découvre progressivement.

Peter aime bien les enfants perdus, mais Peter n'est pas perdu, il sait précisément ou il va, sa voie, sa route, ses pouvoirs quelque peu magiques, il le fait avec humilité et constance, il n'annonce pas, il fait, et c'est allé non pas vite mais droit. Peter a son rythme, personne ne lui intime d'ordre, dans les airs son vol est léger, à terre tout autant, voix douce, distance respectueuse, toujours un peu de coté, dedans et dehors – se mêle sans se confondre, voit juste, ne s'engage pas à la légère, se tient à distance des tracas, ne juge pas, ne se mêle pas de la vie d'autrui, est a sa place, la tient bien.

Peter est convoité, reluqué, désiré, il n'en joue pas, il le sait, il fait avec, s'appuie parfois sur, pour son art et son art seul. Il est là parmi tous pour ca, ne joue pas dans une petite cour, est venu, saura sans doute à un moment prendre du champ et aller ailleurs, la ou l'horizon est plus vaste, quand le moment sera venu.

Peter a fait un petit tour au bar des enfants perdus, s'est fait photographier trois fois, les clichés le montrent avec eux et détaché, il perce l'image, la rend distincte de toutes les autres images, l'être est dedans, bel et bien dedans, Peter ne jouait pas, il était là, debout sur un bout de trottoir, sourires aux lèvres et regard bleu clair, songeur …


Aucun commentaire:

Publier un commentaire