vendredi 27 juillet 2018

Assange, l’été de tous les dangers



Réfugié depuis 2012 dans lAmbassade de lEquateur à Londres, le lanceur dalerte autralien et fondateur de Wikileaks risque d’être laché par le président Lenin Moreno – à la tête du pays depuis 2017. Et donc livré aux autorités britanniques puis extradé aux Etats Unis, ou il est condamné à plusieurs centaines dannées de prison – sic – pour avoir livré de fort nombreux secrets diplomatiques et militaires à lopinion publique internationale.

Assange, on lui doit entre autres la révélation des scandales financiers doligarchies russes, la divulgation des mails dHillary Clinton, les circuits de corruption des dictateurs africains, la révélation des méthodes de larmée américaine en Irak. Une oeuvre de salubrité publique consistant a lutter avec efficacité contre lasymétrie de linformation entre gouvernants et gouvernés, et à  divulguer aux seconds les manipulations exercées par les premiers.

Assange, révèle le lanceur dalerte Edward Snowden, est en pole position des personnalités les plus recherchées aux Etats Unis, un véritable ennemi public des gouvernants de cette étrange démocratie qui piétine allègrement sa propre constitution dès lors que les intérets des puissants sont en jeu. Bob Beckel, un conseiller démocrate, avait à son sujet déclaré sur Fox News en juillet 2010 qu « un homme mort ne peut plus divulguer quoi que ce soit. Ce type est un traître, et il a désobéi à toutes les lois des États-Unis. Ce type devrait — je veux dire, je ne suis pas pour la peine de mort, il n’y a qu’une chose à faire, tirer sur ce fils de pute illégalement ».

On lui mit depuis la Suède dans les pattes une affaire montée de toutes pièces de viols, affaire finalement morte et enterrée après les retraits des plaintes en 2017. Contre un ami des peuples tout est permis, les affaires les plus sales, les accusations les plus tordues, les déclarations les plus abjectes, tout, ils se permettent tout.

Il faut dire que cet ingénieur informatique de génie spécialisé dans le piratage de données constitue une véritable menace pour toutes ces agences américaines, CIA, FBI, NSA, NASA et autres, bras armés des puissants qui complotent contre leurs propres peuples. Et que WikiLeaks – leaks en français signifie fuites, et WikiLeaks, c’est un peu l’inverse de Wikipédia, la bible de la bienpensante vérité officielle – constitue à leurs yeux un danger de chaque instant.

Le dernier président équatorien en date a absolument besoin des Etats Unis pour les affaires économiques de son pays, et c’est peu dire que les States font pression et qu’ils en ont les moyens. Récemment ce président vendu à l’oligarchie avait imposé à Assange une interdiction de s’exprimer par oral ou par écrit sur tout sujet politique, sous peine de l’expulser. Autant dire qu’il l’émasculait. Devant les entorses constatées, il lui coupa internet et téléphone et lui interdit les visites. En clair, l’Ambassade devint une geôle, et le sinistre Moreno put faire son rapport à ses maitres, lesquels l’en remercièrent.

Dernière étape, le leur livrer. Ce qu’est en train d’accomplir ce vendu. Les équatoriens, que je connais, sont dans l’ensemble un peuple peu politisé, sauf à Quito, la capitale. Les rattachements idéologiques de la marionnette oligarchique qui leur tient lieu de président, ils l’ignorent. Et l’identité d Assange, encore plus.

Les peuples étant dans l’ensemble distraits, incultes voire ingrats, peu se soulèveront sur cette pauvre planète pour dénoncer les méfaits des gouvernements. Les gens se contrefichent qu’on leur mente pourvu qu’ils aient à bouffer et un match à regarder, la liberté d’informer, la liberté d’expression, les gens s’en contrefichent dans l’ensemble et regardent leur nombril. On leur montrera sans doute d’ici peu Assange menotté et ils diront BIEN FAIT en avalant leur assiette.

Assange risque la tôle. Hillary Clinton, elle, est libre d’aller et venir. Cherchez l’erreur !


1 commentaire:

  1. Beaucoup preferent un mensonge qui rassure à une vérité qui dérange.

    RépondreSupprimer