mercredi 16 mai 2018

Chefs d’oeuvre du 7ème art - Taxi driver



De retour de la guerre du Vietnam. Dans un sale état psychologique. De ce qu’il y vécut, de ce qui lui fut fait pendant – voire avant, Kubrick s’en chargera à sa manière dans Full Metal Jacket -. Là, l’ex soldat est en réinsertion comme on dit, à New York City – NYC et sa statue de la Liberté, ces pauvres, ces pouilleux, ces riches indifférents, ces silhouettes déjantées, ces meteques …

Lui, le programmé pour tuer ne peut revenir comme auparavant, il vit dans cette ville au volant de son taxi comme sur un terrain de guerre. Comme avant. Guerre économique, raciale. Ce monde qui l’a instrumentalisé ne lui apporte aucune reconnaissance, bien au contraire. Alors tel un forcené il va la conquérir. Se raser le crane, laisser une crête au milieu. Sympathiser avec une prostituée mineure – Jodie Foster, alors adolescence. S’armer. Puis tuer.

Dressé pour tuer, tel aurait pu être le sous titre de ce Taxi Driver, palme d’or surprise et grand choc du Festival de Cannes 1976, premier triomphe international, public et critique, de Martin Scorcese. Dont les racines catholiques transparaissent au travers de cette intrigue dans un monde livré à l’absence de foi et à la violence, ou les enfants se prostituent et ou les anciens soldats sont méprisés. Son œuvre résonne comme un cri, le cri du personnage génialement incarné par de Niro. Mon Dieu, pourquoi m as-tu abandonné …



Aucun commentaire:

Publier un commentaire