lundi 14 mai 2018

Chefs d’oeuvre du 7ème art - Mon oncle d’Amérique



Janine, Jean et René n'ont a priori rien en commun. Pourtant, ces trois personnes vont se rencontrer. Janine, fille d'un militant communiste, est comédienne. Elle devient la maîtresse de Jean, haut fonctionnaire marié. René, fils de paysan breton, a choisi de travailler dans l'industrie et a, peu à peu, gravi les échelons. Lorsque son entreprise est rachetée, il est muté et doit quitter femme et enfants. Dirigeant une usine de vêtements, il rencontre Janine, devenue styliste de mode. Les destins croisés de nos héros font l'objet de l'interprétation du célèbre biologiste Henri Laborit, qui s'appuie, pour ce faire, sur des expériences scientifiques réalisées sur des rats...

Alain Resnais reprend les célèbres travaux du Professeur Laborit, présent à lecran et qui nous conte ses conclusions scientifiques. Un parallèle donc entre la vie des rats et la vie des hommes en société. Programmation. Ingeniérie sociale. Nous sommes tels des rats en cage, répondant à des stimuli, lumiere, décharge électrique, faim, peur, angoisse, plaisir …

Déterminisme versus liberté, conscientisation de la chaine, des chaines sociétales, afin nous dit le cinéaste de prendre conscience pour ensuite tacher de sen affranchir. Ses trois personnages – Nicole Garcia, Gérard Depardieu et Roger Pierre – se débattent dans un labyrinthe pré-programmé au-dessus et au-delà deux-mêmes, ils sont le produit dun conditionnement, dune éducation, dun système. Ils tachent dexercer un libre-arbitre au sein dune cage dont les barreaux invisibles ne bougent pas et fonctionnent donc exclusivement en réaction. Plus par le biais de leurs égos ils tentent de se dechainer et plus ils demeurent enfermés dans le prisme de la cage – mentale – à laquelle sans le savoir ils ont adhéré. Pouvoir de lautopersuasion inconsciente, mais aussi de lintention, seule clef capable douvrir la porte.

Le film obéit dans sa construction dramatique aux mouvements du cerveau, tantot hémisphere gauche tantot hémisphère droit. Les apports théoriques de Laborit, en amont ou en aval des pérégrinations des trois protagonistes, vient de manière pédagogique tendre à chaque spectateur-acteur un miroir. Le film questionne en profondeur, titille la liberté présupposée, linterpelle, linterroge. Rares sont les films qui font à ce point fonctionner la réflexion, lauto réflexion. Science et cinéma se coordonnent, loeuvre est coproduite, raison et imaginaire se complètent et se coordonnent pour tendre un miroir réfléchissant nos choix, leurs limites, leurs frontières. Pour surtout parvenir à les dépasser.

Cet oncle dAmérique, qui est-ce sinon cet El Dorado de la liberté individuelle, ce besoin viscéral daffranchissement outre-mer, outre-atlantique, un horizon comme un rêve, américain en loccurence mais surtout universel. Mon oncle dAmerique conte la geste de lhomo occidentalus malade que de vouloir quitter la terre ferme ou ses illusions s’échouent sur le mur du réel. Ne plus être un rat pris au piège mais un oiseau libre …


Aucun commentaire:

Publier un commentaire