lundi 23 avril 2018

Le Vaste Plan - 5 - Le Gouverneur de la Province Slave



Le chat Belzebut frotta ses moustaches en contemplant les 12 Apotres un à un s'extraire de ce somme qui chaque apres-midi les assommait. Il régnait en ce Dome un froid proprement sibérien, qui les fit un à un se saisir d'un chale noir. Jusqu’au reptile émasculé qui frottant ses écailles l'une contre l'autre susurrait de givre.
« Ca doit être LUI, maugréa le Suprême en mettant ses pieds fourchus au chaud dans des chaussons. LUI !
-       Tu veux dire …
-       Le Gouverneur de la Province Slave ! ».
A ces mots la porte de verre s'ouvrit et vit effectivement apparaître la silhouette du judoka au visage acéré comme une lame.
«  Bien chers Frères, commença Putin en jetant derrière lui un regard de glace. Serais-je en avance ?
-       Que te méfies-tu O Kajebesque Tsar, l'interrompit le Fêlé. Ici les coups proviennent d'en face, et l'A. tient a toi autant que …
-       Vas-tu te taire vieux sénile !, reprit le Suprême. Alors cher Oligarque, que nous contes-tu ?
-       Je passe sur l'épisode des bombinettes sur Damas et de la crise de Madame May, ces gueuseries ennuyeuses ne sont point de votre niveau, O bien chers Frères Talmudiques ! Il me fallait quitter ma Volga et m'entretenir avec vous d'une chose fâcheuse. Mon pseudo-allié …
-       Le Bachar d Assaut ! fit le Fêlé en étouffant un rire. Le gazeur de pacotille !
-       … Résiste trop bien ! reprit le Tsar, et commence à se méfier de moi. Je le sens me cacher des informations sur la réalité du terrain. Les daeschetteries semées ci et là sur son territoire et qui selon nos plans conjoints aux Otaneuneus et à nous-mêmes font certes de bien vils forfaits, viols sur femmes et enfants, lapidations et chimiqueries diverses et variées. Nous feignons d'en tuer cent pour mieux en laisser s'échapper mille. Et cela sert nos intérêts ! Mais le bougre Assadien semble deviner ce que nous tenons dans les mains. Son armée ne cesse de reprendre ce que nous lui dérobons. Cela sent le sur-place.
-       Cela fait partie du Plan, maugréa le Suprême en crachant au sol quelques caillots de sang noir. Cette Syrie de mes deux vous le savez doit finir en lambeaux, nos Multinationales sont impatientes, et notre Central Bank plus encore ! Continuons les provocations, continuez vous, O Tsar, à remplir avec panache ce rôle de faux modérateur. A un moment nous lâcherons les canons. Et ce Bachar-cuterie finira en mortadelle kacher !
-       J'entends O Vénérable ! Que dois-je donc faire ?
-       Allez faire une cérémonie sacrificielle sous le Dôme d'Astana ! L A. réclame son lot de chair puérile, une centaine, pates et pizzas, pas moins !
-       Ne comptez pas sur moi pour y inviter l'hilarante démocrate et son amateur de cigares. Ces deux-là sont d un vulgaire ! ».
A ces mots le chat Belzebuth vint se frotter contre les jambes du Tsar, lequel ouvrant ses bras, l'invita à lui sauter au cou.
« Te voilà bien chaud, affreux matou, lui murmura Vladi. Aurais-tu quelque faveur à me demander ?
-       Ksss, miaula l'animal. Invite les Bling-Bling-ton en ta cité démoniaque, et profite d'un instant d'assoupissement pour tous deux les empoisonner ! Cette mégère et son amateur de sucettes nous emmerdent !
-       Nous les kajébettrons !
-       Ce qui veut dire …
-       Oh ca ! murmura le Tsar en étouffant un rire et en caressant le poil noir de l'animal. Vénérable, dois-je m'attendre à un nouveau blocus du gros shérif rouquin.
-       Peut-être, mais que te chaud, tu le sais, ces blocus n'ont que peu d'effets sur …
-       Dans les steppes les femmes vieilles et les enfants fragiles tombent comme des mouches …
-       Bon débarras ! Ton Pope au fait …
-       Kyril …
-       Qu’il se fasse un peu plus discret ! Son abus de schnouf n'est guère orthodoxe !
-       Je lui ferai comprendre.
-       Tes relations avec ton homologue gaulois ?
-       Un gogol prétentieux, un freluquet sans poils, un toutou gérontophile grotesque pas meme capable d'un cul sec à la vodka.
-       Fais lui donc une de tes ejac faciales au cyanure histoire de lui apprendre la vie !
-       Plutôt envie de le précipiter tout nu dans un lac gelé et le regarder barboter ! Je fais avec O mes Frères, vous le castâtes comme vous me castâtes.
-       Tu le castreras ne t'en fais pas O Tsar ! Tu es notre Chouchou tu le sais bien ! Tu es si habile à dissimuler tes intentions réelles. A coté de Toi les autres sont des nains !
-       Deng Xia Pim Pam Poum quand même …
-       Ah oui le chinetoque ! Oui tu as raison, ce grain de riz n'est point sot. Bien, à présent Tsar suprême il te faut rentrer en ta belle province. Deux de mes Frères viennent du fait de ta seule présence d'être congelés. Je te remercie de t'être déplacé, ne t'en fais point pour le syrien ! Un empoisonnement est si vite arrivé … »


Aucun commentaire:

Publier un commentaire