dimanche 11 mars 2018

Prix d'interprétation masculine universel attribué à Vladimir Poutine



Donc il rempile. Enfin, il va rempiler. Pour la 3ème fois, 4ème en comptant son poste de premier ministre vu que leur constitution … Aux manettes depuis 18 ans d'une des plus grandes puissances, une qui effraie sacrément en apparence les USA et Israel et l'Europe. Ce diable de Poutine, que ne nous dit-on pas sur lui pour le diaboliser encore et toujours.

Son pays – la grande Fédération de Russie – est pourtant historiquement un allié fidèle de la France, le lien fut coupé ou disons abimé avec la révolution de 1917 et l'arrivée du bloc soviétique. Lequel est tombé, mais l'OTAN lui est toujours là. Avec ses bases qui encerclent l'ours russe et ses pays limitrophes dans lesquels comme en Ukraine Soros, ses ONG, la CIA et bien d'autres manipulent l'opinion et prennent le pouvoir.

Mais c est lui le méchant de l'histoire, le leader avec les chinois de la thèse dite du monde multipolaire. Contre l'Empire, l'Ours de Sibérie et de Saint Pétersbourg dont le peuple souffre de blocus économiques non stop, fait de la résistance et déjoue un bon paquet de leurs plans hégémoniques. Le plus fort, dans la caboche et dans le pantalon sur la scène mondiale, le plus soutenu par son peuple, c'est lui. Insubmersible Vladimir.

L'écouter dans ses conférences de presse est un délice. Finesse, intelligence stratégique aiguisée, humour corrosif, clins d'yeux, le spectacle est d'enfer, pétillant d intelligence, un anti Macron, pas de langue de bois, enfin si mais beaucoup moins que ses homologues occidentaux. Et puis de la culture, une sacrée culture.

Impossible de ne pas avoir envie d'applaudir l'artiste qu'il est.

Parce qu'il est – eh oui – aussi et avant tout un politicien, un très grand, c'est-a-dire un très grand acteur.

Son passé parle pour lui, le KGB on n'en sort que les pieds devant. Son ami Kyril le pope vient de là lui aussi, ses potes oligarques tout pareil. Donc il y a l'envers et l'endroit et on ne sait jamais au fond si … Principe meme d'un des meilleurs services de renseignement au monde. A ce jeu les russes sont des experts, d'une intelligence très au-dessus-de la moyenne. Rien a voir avec les grosses ficelles à la Marvel des yankees, ces bas-de –plafond, pauvres élites politichiennes qui font honte a leur peuple.

Le Nouvel Ordre Mondial il en est, une des dix provinces ca sera la sienne, capitale Astana, Kazakhstan, Astana, annagrame de Satan et ville remplie de monuments et de symboles occultes. Ne jamais abattre son jeu, toujours conserver une main sous la table, jouer à la perfection depuis 18 ans le role clef du leader le plus courageux et le plus intelligent, celui qui sur le dossier syrien fait honte à tous les autres par son sang froid et ses décisions.

Les gens, c'est humain, ont besoin de leaders pour se rassurer puis s'endormir quitte à se croire plus intelligents que les autres, alors diable ou ange, pour ou contre alors que la vérité est ailleurs et comme toujours complexe. On peut très bien jouer mais quand on joue très bien on JOUE et on SE JOUE DE, et la politique, surtout à ce niveau, est l'art de la dissimulation.

Poutine connait son Sun Tzu sur le bout des doigts et déroule une stratégie remarquablement ficelée. Les orthodoxes le croient sincères – il ne fait que s'appuyer fort subtilement sur les desiderata des russes qui sont de culture traditionnaliste-, les chrétiens et les juifs, certains juifs, ceux de là-bas en tout cas pareillement. La sincérité et la politique par essence sont des choses antinomiques. Etre sincère en politique il n'y a que les naifs pour croire – CROIRE … - ca.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire