samedi 10 mars 2018

Changer en profondeur



La base, c est-à-dire la condition de la mise en oeuvre en actes et non en vélléités, ne peut venir que d'une source et une seule, la sienne. Personne ne peut faire à ta place l'effort, tu es le seul à avoir la main sur le bouton. Du-dedans la volonté actionne ce qui fait passer de l'envie de changement au changement posé en une succession de faits tangibles.

La peur,  l'envie d'anticiper les étapes du voyage qui vont libérer l'être ont disparu, comme les hésitations, les questionnements, l'envie d ouvrir une carte routière. La porte intérieure s'est ouverte, le voyageur intérieur a pris la place du cocher. Er suivant son intuition avance sourire aux lèvres.

Il n'y a point de méthode valable pour tous, chacun a sa voie et a son rythme. On n'attend point des autres, on est connectés à eux, à certains, d'autres s'éloignent pour un temps ou à jamais, personne n'est contraint à effectuer l'ascension, ceux d'en bas dans la vallée peuvent reprendre une activité comme si nous ne nous étions jamais connus. Nous ne sommes pas leurs obligés et ne leur devons pas de comptes. Nous sommes partis en quête de nous-mêmes, eux pas, voila.

Le changement etant acté tout change et tout bouge et continuellement. D'étape en étape le voyage se construit sans plan préétabli tout en obéissant à un plan secret. Dont on devine le point d'arrivée.

C est comme un changement de peau, d identité, de vie, d'enveloppe. On laisse les peaux mortes tomber sur les trottoirs sans se retourner et on avance en glissant sur un fil invisible. Le jour naissant amène ses éléments d'éclaircissement, il est accueilli dans la joie créatrice. Et la nuit replie son drap sur les créations du jour.

La pensée se fait vagabonde, songeuse, murmureuse, des voix s élèvent au dedans et parfois passent la frontière des lèvres. Certains absents sont bel et bien présents à chaque jour, les ames sont connectées, des visions apparaissent, proprement merveilleuses, leurs visages, leurs sourires, quelques inoubliables et inoubliés souvenirs. Ils vivent au loin mais sont tout près, ils ne s'échappent guère plus d une heure ou deux. Des prières sont alors énoncées à voix basse, sois heureux, porte-toi bien, prends soin de toi, apprends et sois léger.

La maturité s'est faite plume et telle le duvet s'en va virevolter dans les airs du soleil se couchant. 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire