vendredi 12 janvier 2018

Sondages et coloscopies démocratiques




Ifop, Sofres, Haris, OpinionWay … Toutes ces associations culturelles indépendantes vouées à la promotion du genre humain et indépendantes de tous pouvoirs économiques et financiers nous le serinent : le Roi est aimé, de plus en plus aimé de son bon peuple, preuve par échantillon, on est priés de ne pas rire, de prendre tout pour argent comptant et d’observer passivement la prophétie de la sonde d’auto réaliser … en profondeur !

De même nous susurrent (pile poil au bon moment), 80% des gaulois sont pour la bienveillante loi libertaire contre les affreuses fake news.


Nous sommes face à un rouleau, à un flux continu de nouvelles tapées sur bandeau en bas de l’écran par une armada de stagiaires, d ou il convient que le citoyen électeur téléspectateur auditeur extraie sans trop se fatiguer deux trois idées forces, un peu comme une impression qui lui rentre directement dans le bulbe sans se fatiguer. DONC Macron est po-pu-laire. Et tant pis si les gens pensent et disent le contraire, la vérité est ailleurs.

Ces machins-là dont les patrons défilent à C dans l’air nous faire part de leurs analyses si objectives ont créé de toute pièce le poulbot qui ces temps-ci trône sur le bateau France. Philippe de Villiers (qui ça ?) nous l’avait narré il y a quelques années : à l’occasion de ca lointaine candidature avec le milliardaire Goldschmidt aux élections européennes, il avait du débourser pour que son nom figure sur la liste des proposés aux sondés et pour qu’il soit placé plus haut – c’est à dire dans leur langage corrigé à la hausse. Le truc est totalement vicié à la base mais les oies gobent et de facto le jet continu des sondages de la bête crache exactement ce que les marionnettistes ont envie de créer comme effet. Tu places X en haut, chacun regarde et écoute X, fait de la tactique de X contre Y qu’il exècre, place X plutôt que Z qu’il aurait préféré – sauf que Z est trop bas etc…

La machine à sonder fonctionne comme une coloscopie démocratique sans douleur. On interroge le colon, on le palpe en douceur et gracieusement celui-ci se laisse faire avec délicatesse. Dans ce type d’opérations qui se pratique dit-on en état d’éveil, tout faux mouvement etc. …

Le micro trottoir par échantillon plus ou moins pipeauté est devenu l’alpha et l’oméga de la politique pour les nuls, le mantra des professionnels de l’En Marche suprême, tous bords confondus. Tu paies ton écot, tu mates des statistiques, tu te vois tel un paon te redresser et planer haut en direction des cimes, tu te mires en un miroir sans teint d ou l’électeur, cette abstraction, apparait en ombre chinoise. Et celui-ci, depuis le marécage de son quotidien, s’en va sur un tapis de faux reflets faire son devoir, avec un petit billet à glisser dans une enveloppe dissimulant a peine ses illusions perdues du scrutin d’avant.

Jolie mascarade que ce jeu ou tout se tient sous des intérêts bien compris, ou les dés sont pipés, les ânes aveuglés par des tireurs de ficelle invisibles de beaucoup, et ou l’illusion démocratique sous fond de théâtre de rue charrie les foules, leur faisant concrétiser les désirs les plus chers de ceux qui les dirigent tout en leur faisant accroire à cette liberté si chère – celle-là qui illumine en trompe l’œil le fronton d’obscurs monuments… 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire