mercredi 22 novembre 2017

Gérard s’effiloche …








Donc un tweet antisémite ! Le rouleau compresseur moralisateur, politicard et médiatique de ce mois de novembre vient de se ruer sur une nouvelle victime, ce pauvre Gérard Filoche, à présent dépecé par la bien pensance pour avoir osé dit-il en un moment d’égarement (il sortait du sommeil dit-il et n’avait pas regardé en détail la photo retweetée à partir du site Egalite et Réconciliation) partager JE CITE une PHOTO ANTISEMITE !

Antisémite vraiment ? Regardons-le de plus près, ce scandaleux photo montage pour lequel Alain Soral lui-même (qui je le rappelle ne l’a pas lui-même posté et est actuellement aux abois financièrement) vient encore de se faire convoquer séance tenante par nos bons juges si prompts à rectifier leurs propres erreurs judiciaires. Qu’y voit-on ? Un Macron bras ouvert avec un brassard nazi, un slogan En Marche vers le Nouvel Ordre Mondial (en fait le message clef de cette photo c est ca – on peut être d’accord ou pas, choqué ou pas mais ça ne tue personne et ça dit quelque chose …) et derrière lui trois silhouettes bien connues : Jacob de Rothschild, Jacques Attali (qui vient de déposer plainte, pauvre chou !) et Patrick Drahi.

Point commun des trois selon le commun des mortels ? Trois financeurs et trois amis de Jupiter. Et trois membres éminents de l’oligarchie financière européenne voire mondiale.

Pour nos tenants de l’antisémitisme à tous les coins de rue, cette évidence commune ne vaut pas, il s’agit purement et simplement de trois JUIFS, de trois figures JUIVES. Donc antisémitisme. CQFD.

Se retrancher vers le petit peuple de confession juive pour défendre trois huiles qui lui sont fort éloignées : belle récupération ! Dans laquelle notre PS, ce cadavre à la renverse (un peu plus de 6 pour 100 aux dernières présidentielles, un siège social en vente, des licenciements en pagaille, une poignée de députés inaudibles, des finances en chute libre, mais quand il s’agit de moralisme et d’exclusion, bref de faire du Valls sans Valls : ça porte encore bien l hygiaphone …) plonge à bras le corps, trop heureux de refaire parler de lui !

Donc exclu Lulu le vilain Filoche, il est vrai un sacré contestataire de la ligne PS canal officiel depuis des lustres. Au point de se demander comment le mec y est encore …  A croire qu’après le quinquennat de Hollande, la jupiterisation macronesque et le score piteux de Hamon, il croit encore que ce machin peut se reformer de l’intérieur et changer de ligne. Car quoi ? Etre minoritaire d’un truc de 6 pour cent,  c’est 2 pour cent en gros. Mais bref, pas facile à l’âge de Gérard de refuser de s’effilocher, je veux dire de quitter courageusement et surtout intelligemment le navire !

Du coup voilà l’exclu qui se croit obligé de donner des gages à la ligne Valls, de s’excuser, de se justifier, de hurler au complot, de taper contre Soral, qui ne lui a strictement rien fait, qui pour le coup n y est pour rien et qui en plus en même temps est face à d’autres accusateurs o combien plus féroces : pas très charitable notre inspecteur du travail … 

Bref de jouer la carte du gars qui ne veut en rien et pour rien sortir du jeu et qui donne des gages tout en jouant la bête qu’on veut assassiner.

Ce qui est à la fois vrai et faux. Je veux dire : Filoche est un apparatchik qui est sur une ligne et ce n’est pas une exclusion du PS qui signera son arrêt de mort politique. Il est simplement exclu du PS c’est à dire d’un truc devenu  rikiki. Un peu comme si vous aviez été cadre d’une grosse boite ayant connu 4 dégraissages, et que la micro entreprise que le gros machin est devenu finissait par vous mettre à la porte. Pas de quoi hurler !

Sauf qu’en être et ne plus en être, pas simple pour certains surtout à un certain âge. Respect donc pour l’homme et son positionnement donc. Mais rappel de quelques règles de base du jeu politicien aussi : quand on est dedans et qu’on en vit, on en connait les règles, on connait les parachutes et les avantages et on ne hurle pas à la victimisation quand suite à ce que le système (pas moi) qualifie d’erreur inadmissible (politicien c’est un métier Monsieur Filoche, on tweete pas en sortant de son sommeil quand on est un pro) on commet selon les règles du taulier une sortie de route. Quand on se plante on ne confisque pas l’espace public (surtout en cette période ou tant de gens souffrent vraiment) pour faire pleurer dans les chaumières.

Surtout quand on perd sur les deux tableaux, celui du professionnalisme et celui de la crédibilité.

Au contraire, on assume sa ligne, on dénonce les tartuffes, on redresse la tête tel Cyrano et on croit en soi et en la justesse de ce qu’on est et de ce qu’on défend. Et un mot : on se conduit comme un homme.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire