jeudi 19 octobre 2017

Balance ta Piggy !


Un des signes tangibles du degré de décadence de la civilisation occidentale (objet du dernier ouvrage, remarquable, de Michel Onfray) est cette (appelons ca ainsi) mode venue tout droit des poubelles de l’usine à cauchemars qu’est Hollywood et qui se nomme BALANCE TON PORC. Un radio corbeau à échelle de plusieurs pays ou ces dames s’en vont dénoncer noms à l’appui en s’abritant sous le statut o combien pratique de victime : ça permet de faire taire les détracteurs, ca, et ça plonge tout le monde en état d’irresponsabilité absolue, pensez, je suis une victime, rien que ça, je suis femme, voyez, ça aussi c’est une excuse ou plutôt une justification alors on balance son porc les nanas !
Je suis évidemment contre le harcèlement, je trouve ça absolument abject, c’est un vrai sujet rien à dire. Mais je ne cautionne en rien ce mouvement de délation hystérique qui se produit (effet du hasard ?) pour faire diversion alors que partout dans le monde éclatent conflits, ouragans et incendies meurtriers, famines, le retour de la peste à Madagascar, la liste est hallucinante quand on est bien informé et qu’on est solidaire avec TOUS les humains, tous, quel que soit leur race, sexe, origine, statut social, on remet les choses à leur place et on ne tombe pas dans le panneau.
Encore une fois le sociétal moralisateur à la sauce occidentale, cette maladie des USA, nous a envahi le cerveau, nous aveugle, nous fait passer notre nombril bourgeois (petit bourgeois comme disait Balzac) avant tout le reste. Sur exposition, sur émotion, sur victimisation, on est priés de se taire et de plaindre et de s’invectiver et de se dénoncer les uns les autres. Vachement adulte, très intelligent, vraiment, que de tomber dans le panneau des médias qui font tout pour nous exciter les uns contre les autres pour détourner l’attention.
Cette gangrène de l’émotion au détriment de l’intelligence et du savoir vivre, cela m’évoque la remontée des Champs Elysées en 2001 par Loana et Christophe, les gagnants du premiers Loft Story. En 15 ans on est tous ou presque arrivés à ce point de rupture, on siffle et on applaudit, des veaux disait De Gaulle, lui qui en 1945 les remontait aussi, ces Champs…
Relisez la Baronne de Rothschild, la délicieuse Nadine, que je l’aime celle-là, quel esprit, quel humour, sa lignée pas du tout ma tasse de thé mais vraiment ce savoir vivre c’est le meilleur esprit qui existe dans ce pays – la France – devenu un parc de jouets pour touristes ou on excite le populo avec des trucs de laborantin. Et dont bien des habitants se conduisent, mâles et femelles, comme des veaux, parfois comme des porcs.
Parce que dans le registre porcin, certaines dames n’ont rien à envier à leurs congénères aux t-shirts trempes de sueur. Des gorettes du savoir-vivre que ces harpies qui couinent avec leurs voix de crécelles, nous intiment l’ordre de nous taire – non mais ho on se calme, pas de ça avec moi, je vais te rappeler ce que c’est qu’un homme, ton féminisme hystérique t a juste servi de leurre pour dominer l’autre donc l’homme, moi je suis pour que ni l’homme ni la femme ne se dominent mais vivent en harmonie.
Relisez Nadine, vous les Fourest, les Angot, les Autain, les Hidalgo, les Morano. Féministes ? Non, poissonnières, les pseudos femmes du chef du village Astérix. Des viragos qui pointent au diner du Siècle ou aux banquets de la République et nous assomment avec leurs leçons de morale à deux balles. Des bourgeoises, des petites pestes privilégiées, voilà ce que vous êtes, alors suffit de faire je suis ouvrier ou caissière de prisu ou mère célibataire violée, toi et elles rien à voir !
Vous voulez des références, vous voulez des GRANDES dames, je vais vous en citer MOI des modèles, qui fonctionnent aux antipodes de vos sidérations à la Elizabeth Levy, yeux exorbités, voix tonitruantes, insultes et leçons de morale, tout cet attirail de Miss Médiacratie… Au hasard : Isabelle Adjani, Fanny Ardant, Danielle Darrieux (paix a ses cendres), Line Renaud, Nadine (sic) Baronne de Rothschild, Carole Bouquet, Béatrice Dalle, Claude Sarraute, Isabelle Huppert, Juliette Greco, Véronique Sanson. Ca va n’en jetez plus ou je continue ? Vous les avez entendues sur le sujet toutes ces grandes figures ? Pour sur elles ont mieux à faire ELLES ! Elles ont une œuvre et un public, voyez, ce ne sont pas leurs vociférations surpayées et sur jouées leur fonds de commerce ! Et surtout elles ne font pas de politique à des fins personnelles, elles donnent de l’émotion, elles ne sont en rien dans la manipulation de l’émotion vu que l’émotion c’est l’arc avec lequel elles font des prodiges.

Tout ça pour dire que ces petites salariées de la morale pour les autres : votre vacarme vire à l’insignifiance, parlez-nous plutôt de l’Afrique, de la condition des femmes en emploi précaire, des SDF et des citoyens du Venezuela qui viennent (hein Clémentine Hautaine ?) de donner haut la main la majorité à Maduro, ce soit disant dictateur …


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire