lundi 11 septembre 2017

Mélenchon le grand illusionniste



33ème grade … Pas moi qui le dis mais lui, le sénateur à 31 ans, le député leader brillantissime de la France Insoumise, ce leader politique qui a derrière lui une carrière ascendante depuis plus de 35 ans. Haut Franc Macon du plus haut grade, bouffeur de curés de père en fils, admirateur du si gentil Robespierre, pousseur de révolutionnaires tout de bruit et de fureurs. Et bien entendu comme nous l’a si bien appris l’immense Fédor Dostoievski dans Les possédés, un démon, comme le sont tous les marionnettistes des révolutionnaires.

La campagne 2017 du Méluche fut une brillantissime épopée, supérieure à celle de 2012 qui déjà avait marqué en profondeur le peuple de gauche orphelin d’un PS vendu au capital et à l’Union Européenne. Le roué Jean-Luc avala d’une bouchée le faux rebelle Hamon, perdu à ses lubies libertaires et à ses mesures de faux jeune, et s’installa comme en apparence le meilleur opposant à Macron. Rôle qui est le sien aujourd’hui, et qui offre pouvoir et confort, certes moins de pouvoir que celui de Macron, mais suffisamment pour s’assurer cinq années de plus pépère.

Cette opposition est un leurre bien entendu car tous deux mangent à la même gamelle et se partagent le gateau à l’avance comme auparavant avec Hollande, cet autre faux ennemi. Car en politique tout est toujours faux et manipulation, tous les jeux sont déjà faits avant que d’avoir commencé la partie, et croire en l’apparence des oppositions est le propre des naïfs.
Sa France Inoumise est bien dans son esprit un outil de premier plan non seulement pour exister sur la scène et s’en faire plus que bien rémunérer mais, et c’est là où l’astuce reptilienne est sensationnelle – et je lui tire mon chapeau, à l’illusionniste – justement pour que cette France demeure, plus que soumise, enchainée et entrainée exactement dans le sens opposé à ce que croient les sincères militants, jusqu’à cet homme si bien qu’est François Ruffin, qui est sans doute le dupe le plus attachant du machiavélique Mélenchon.

Sa campagne fut un appel à l’intelligence des citoyens et ses meetings sensationnels tant dans le verbe que sur le fond. On a affaire à un très grand professionnel capable d’écrire la partition la plus fine pour attirer le troupeau vers le précipice qu’il ne voit pas, tant les ficelles sont invisibles ou presque.

Tous les politiciens, tous, sont des menteurs, et ce quel que soit leur parti et leurs options. Parmi eux certains sont meilleurs que d’autres, et l’ancien sénateur de l’Essone est parmi les meilleurs dans son créneau. A trois, Hollande, Macron et Mélehchon, ils ont réussi le prodige de casser en deux droite et gauche en fusillant les deux appareils, de faire monter puis descendre la fille Le Pen – dont j’ai du mal vraiment à croire qu’elle n’a pas fait exprès de s’auto-flinguer lors du débat après une campagne plutot bonne dans l’ensemble, je n’ai pas oublié son invitation à NYC en 2015 par cette feuille de chou souverainiste qu’est TIME – puis de se partager les meilleures parts du gateau. Tout ça sur le dos des électeurs, faut le faire.

Le parcours de l’illusionniste en chef parle pour lui. Il fut un élève admirqtif du machiavélique Mitterrand. Il demeura au PS suffisamment longtemps pour jouer au jeu de go avec Hollande pour leurs intérêts respectifs bien compris, puis fila au départ de ce dernier en 2008 pour avaler en peu de temps un PC moribond et un bout de l’aile gauche du PS. Parachevant le travail de son mentor de la Nièvre. Hollande le rusé lui fit le coup de lapin juste un mois et quelques avant le premier tour avec sa mesure évidemment anti constitutionnelle de surtaxation des riches, et Mélenchon fit semblant de lui tailler des croupières cinq années durant.

Pour celles et ceux qui l’ignorent, Haut Franc Macon on le devient au 30ème grade, c’est réservé aux meilleurs, au gratin, aux plus roués et aux plus corrompus. Là on te dit le dessous des cartes, cherchez par vous mêmes, vous trouverez, et quand vous aurez la réponse vous saurez pourquoi tous ces gens-là sont plus que complices et à quel point ceux qui ont gobé leurs salades se sont faits avoir.

Je revois le tribun sur le port de Marseille haranguer sur le thème de la paix dans le monde. Toujours la même arnaque reptilienne, utiliser les plus belles causes et les meilleurs sentiments pour endormir le patient et lui faire prendre sa vessie pour une lanterne. Reconnaissons en spectateurs que c’est extrêmement bien joué, écrit, pensé, et prononcé. Et que nombre d’entre nous, parce que sincères et sincerement engagés – je me mets humblement dans le lot quoique je me suis abstenu – se sont faits totalement avoir.  

Demandez – puisqu’on parle bel et bien de bien et de mal – autour de vous, ceux qui connaissent le bonhomme de près, qui bossent ou ont bossé avec lui ou Corbière, cet adjoint dont le regard froid ne m’a jamais inspiré la moindre sympathie tant il ressemble comme deux gouttes d’eau à Castaner …

Demandez-leur comment il est et se comporte dans la vie quotidienne, son caractère, ses actes, le bon Jean-Luc … Demandez-vous par quell miracle un aussi grqnd pourfendeur des banques a pu en un rien de temps boucler son budget via des prêts bancaires tandis que la Marine ramait … Pourquoi pareille couverture médiatique, pourquoi tant de plumitifs salariés du grand capital lui montraient tant de sympathie, aimables à un point qui parfois frisaient le lèche bottes alors qu’ils ne passaient pas grand chose à sa blonde opposante … Demandez-vous à quoi et surtout à qui et à quoi ça sert ces deux extrêmes qui s’empêchent de grossir l’un l’autre alors que vu les thèses communes des deux sur bien des sujets cruciaux sont, avec certes des solutions différentes, les mêmes …

Et surtout dites-vous bien que la très grande majorité d’entre nous se fait depuis toujours berner par des politiciens qui tous les uns après les autres promettent la lune, trahissent leurs électeurs, échouent sur à peu près tout tout le temps, s’en mettent au passage plein les fouilles sur notre dos et de toutes façons s’en sortent toujours blancs de chez blancs à la fin, et ce quel que soit le bord …

Et que les dindons de la farce eh bien ce sont TOUS les électeurs de TOUS les partis additionnés, plus les abstentionnistes vu le système qui tout en les comptabilisant s’en cogne.  


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire