vendredi 8 septembre 2017

Les faux gentils - La comedie humaine


Les gentils je m’en méfie comme de la peste, ces conformistes qui font jamais de vagues et te sourient de manière niaise et sont champions des belles paroles. Avec eux toujours un coup de pute sous cape, ça marche a tous les coups. Balzac avait bien distingué dans sa géniale Comédie Humaine les gentils des bons dont les premiers sont comme la copie dépréciée. Veulent plaire et se servir, lâches avec les forts et durs avec les faibles, toujours à se signer puis cancaner, faire des risettes pour grappiller en bons mesquins quelques miettes de plus sur ta note, pensent qu’au fric en parlant Bible ou Bien-Pensance ou Saint Sigmund, vont se faire confesser puis reviennent tout contents, ni vu ni connu.

Tu parles, Il voit tout et pour toi Purgatoire et pas qu’un peu. T’as juste été faux derche à fond les ballons, ce monde tu t’en fiches, le bled d’à cote t’as jamais eu la curiosité de t y rendre, ya que ta pomme et les tiens et tes petits intérêts, material world ça te va comme un gant, le dictateur machin qui assure l’ordre, le Pétain ou le Pinochet ou le Macron impeccable pour des pleutres de ton espèce. Au moins ces voleurs de poule viendront pas chez moi, que tu te dis en bon raciste de base avec un bulbe de sous développé.

Parce que toi le monde ben c’est ta routine, ton petit commerce ta téloche ton foot tes séries guimauve bien pourries sur ton écran plat POINT et dodo dix heures trente avec Marcel et mon fichu sur la tête anti courants d’air et mes protège-varices. Ta  voisine la boniche mormone avec ses yeux de dorade et sa tronche en biais Manif pour tous te pique un peu de thunes alors t en repiques en grappillant mesquinement au client qui rentre chez toi et qui y est pour rien. Tant pis que tu dis j’irai à confesse demain et puis voilà.

Leur péché mignon c’est l’appât du gain, que surtout ça vienne jamais à manquer sinon le masque tombe. Pas trop mais surtout en avoir. Le besoin de se sentir en sécurité, pathologique chez eux, ils ont une de ces peurs du manque que ça autorise tous les grands écarts, même les pires.

Ces faux gentils mielleux sont le cholera d’une société en pertes de repères, faudrait qu’ils laissent la place, d’ailleurs quand ça va barder, chrétiens ou pas le demiurge va faire un sacre ménage et y aura pas de quartier. Mais ces andouilles qui collent le groin sur le poste ils en ont absolument aucune idée. Pour eux l’Apocalypse ben ça monte pas au cerveau, pas assez d’octets ces experts comptables…


Ma Foi …



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire