lundi 21 août 2017

Tristes et veules vieux ados - La comédie humaine, suite


L’irresponsabilité ça se cultive en troupeau, de bœufs en l’occurrence. Dans ce bétail Caliméro et le jeunot sont rois, le nivellement se fait par le bas, c’est jamais de la faute de celui qui merde, et l’ensemble enfonce celui ou celle qu’elle dit aider ou épauler. Mets un mec brillant et jeune là-dedans, en trois mois il devient veule et se comporte comme le dernier des abrutis. Pas simple après de se remettre à son niveau, faut accepter de raturer, de faire demi-tour, faut parfois lui forcer la main à l’enfant roi que ses copains crétins encouragent à rester à LEUR niveau, celui du nombre ou on se fout de l’autre comme d’une guigne, le but c’est qu’il reste dans la fosse à ricaner, à pleurnicher et à gigoter comme un âne.

Quelle pitié. Ne rien faire pour alerter et c’est la descente, celui qui était beau devient moche, celui qui était droit devient tordu, et tous les autres applaudissent. Chouette il est devenu comme nous, on est pas si bêtes du coup et on est encore plus nombreux.

Andouilles, vous l’avez simplement abaissé et le voilà loin de vous et honteux et pour le coup aux bornes de l’impuissance. Vous avez cimenté à plusieurs son sentiment d’impunité et l’avez abandonné sur le bas-côté. Trop occupes à vous regarder le nombril vous êtes passé à autre chose. Et lui qui a du partir eh bien il ne sait plus sur quoi ou sur qui compter.

La comédie humaine de Balzac regorge de ces cénacles de médiocres ou l’on s’abaisse et ou on abaisse et ou on joue sur la loi du nombre. Tristes et mornes vies, triste et terne comédie. La Pension Vaubert a pignon sur rue et sur les réseaux sociaux, Loft Story est sur les petits écrans riquiqui de ces sous-développés du bulbe qui pensent ce qu’on leur délivre direct avec des alertes flash.

Dans cinq ans ils seront toujours là avec leurs petites histoires à deux balles et leurs vannes pourries et leurs certitudes bricolées et leurs centres d’intérêt de Super U pour tribus de classe maternelle. Pourvu qu’un attentat ne les aient transformés en rougail saucisse. Parce que du monde ils ne savent à 30 ou 40 ou 50 ou 60 ans rien de rien, ils ont tout faux et de toutes façons ne s’intéressent a rien, rien qu’aux gens, toujours les mêmes, pour en dire du bien ou du mal, le niveau zéro défini par Socrate en somme, avec un potentiel de développement nul. Des vieux ados sans éthique aucune pas jolis avec du bide parce que ça picole trop et une peau pas belle parce que hygiène de vie zéro.

Quel gâchis ils ont tout foiré et rendu le brouet infâme à la longue, le cirque s est comme ratatiné sur lui-même, de 100 ils sont passés à 20, autour ça se lasse et puis ça finit par partir, trop nul, de pire en pire chaque année, ils ont beau être fort bruyants ils sont archi minoritaires. Quand ça sent mauvais on s’éloigne, alors on est parti et pour de bon.

Irresponsables ils demeureront et partiront les deux pieds devant la cervelle vide dégoulinant sur le trottoir, avec l’impression d’avoir sans doute raté quelque chose…


Aucun commentaire:

Publier un commentaire