vendredi 4 août 2017

BHL le Luciférien sans complexes


Accusé de négationnisme par le philosophe à la chemise blanche dans son bloc-notes du Point, le physicien et essayiste Jean Bricmont, Docteur ès Sciences, rejoint la longue liste des exclus et des pestiférés de l’intelligentsia Decodex. Le Pape à la mèche folle a prononcé la sentence, ce grand monsieur est excommunié et promis au goudron et aux plumes jusqu’à la fin des temps.

La réponse, ferme et prononcée d’une voix douce, de l’exclus ne s’est pas faite attendre. Il pointe avec justesse la BHL-isation des esprits comme étant beaucoup plus dangereuse que la lepénisation des mêmes. Et pour cause, elle règne sans partage depuis des décennies, impose des lignes jaunes selon ses propres options, choisit ce qu’on a ou pas le droit de dire, utilise pouvoir et tribunaux comme bon lui semble et détient à sa botte tous les politiques et tous les grands médias. Et bien sur l’argent.

L’apparition des nouveaux philosophes vers 1976 fut dans l’histoire de la pensée française la plus grande imposture jamais observée. Celle-ci qui a toujours les rênes,  s’est imposée comme alpha et oméga. La pensée leur appartient, mort aux dissidents et à bas les contradicteurs. Il faut pour pouvoir être lu ou entendu en France avoir prêté serment au luciférien Bernard, lequel avoua sans fards devant les caméras de Bernard Pivot en 1979 sa croyance sans se gêner. Les Lumières c est Lucifer, ce fut dit, c’est clair et c’est tant mieux, nous savons à qui nous avons affaire.

BHL est à prendre bien plus au sérieux que les clowns Glucksman – paix à ses cendres -, le clown dépressif Finky ou l’hyper libertaire pro guerre en Iraq Bruckner. C’est lui le chef et il est mille fois plus doué que ses sbires. Il tient les rênes, l’argent, les réseaux, il débat plutôt bien, manie la langue de manière parfois brillante, certes fait plus d’erreurs aujourd’hui qu’avant mais sait se tenir. Je le prends donc au sérieux et ne le méprise en rien, même si je suis sûr a peu près tous les sujets à l’opposé de tout ce qu’il pense ou écrit. A part Arielle que j’aime bien, et qui m’a fait hurler de rire en avouant al TV que Bernard prenait décidément trop de schnouf

Mondialiste avéré, sioniste de type Grand Israël – ce qui est loin d’être l’opinion la plus partagée au sein du peuple juif comme en Israël, les oppositions existent depuis toujours fort heureusement - , CRIF compatible bien sûr, droit de l hommiste-va t en guerre, adorateur contempteur de l’Union Européenne et de l’Euro, chasseur de fascistes imaginaires compulsif, libertaire pour Lui et tous les bourgeois, oligarque et ami des puissants … On connait le personnage, il ne se cache guère. En ternes de cote de sympathie, premier de classe et dernier  des bons camarades, il parait que même les maquilleuses rêvent de lui vitrioler la face.

Comme philosophe – une fumisterie sans nom. Ses essais assènent des certitudes, bafouent la véracité historique en la manipulant au nom d’une idéologie, la sienne, funeste, pétrie de bienpensance et de dénonciations à la serpe féroces et calomnieuses. BHL vit de ses ennemis et aime les sabres en bois, sa plume est trempée dans le fiel, sa langue se fait ample et ampoulée, les têtes tombent, la guillotine est en marche depuis 40 ans et ça marche. On a beau le haïr, il est encore la et tout en haut, l entarter ne sert à rien et est même quelque peu idiot. Autant l’attaquer sur ses idées et sur ses actes, lesquels sont connus de tous. Car si philosophie il n y a pas trace dans toute son œuvre, idées et idéologie il y a. Et actes.

Accusé de plagiat, ridiculisé à propos de  l’illustre et célébrissime Botul, il persévère et ne se décourage jamais, ce qui force l’admiration. Le type n’a ni scrupule ni fierté, il part en Serbie faire son show comme si de rien était après avoir pondu un texte immonde contre les serbes digne du Juif Schuss, et se fait entarter et huer. Il se met en scène dans des postures de guerrier en pleine rue tranquille, on démonte le canular et il refait le même quelques années plus tard. Aucun complexe, il a le fric et le pouvoir il s en fiche. Il pille la mémoire d’un Daniel Pearl et instrumentalise un mort pour un roman totalement hystérique puis s’en va faire le paon a New York.

Sur le plan politique c’est un authentique criminel de guerre et sa place dans un monde normal serait derrière les barreaux. Ce qu’il a fait en Libye est un crime contre l’humanité, pas son premier mais sans doute le pire. Véritable agent de Daesch, du Mossad et de la CIA il a créé ou participé à la création d’un chaos, et regarde en palpant et en bichant le résultat, toutes ces victimes, ce pays ravage livré aux fous sanguinaires, aux pilleurs de ressources naturelles et aux marchands d’armes. Jamais la Libye ne se relèvera. Mitterrand qui en connaissait un rayon le prenait à juste titre pour un fumiste et un fou à l’ego boursoufflé, totalement ignare et emporté. Tout en lui reconnaissant des qualités évidentes, à propos de son œuvre, ses premiers ouvrages surtout.


Hai, moqué, vilipendé certes, mais craint. Il tient dans ses mains tous les hochets. Impossible d’avoir un rond de serviette sans son accord dans le monde littéraire et des idées en France. Il tient tout. Ca a beau être fou, tant cet homme exècre la France, son Histoire, son histoire chrétienne, il a réussi ça. Chapeau quand même pour la réussite du stratagème, fallait le faire. Une fois ceci posé, vomissons tous à l’unisson, et n’allons pas y tremper un doigt de pied, ce système est corrompu. Luciférien, c’est lui qui le dit.

BHL adorateur de Satan ICI 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire