jeudi 29 juin 2017

SUNDANCE / GENESE (45)


Combien de temps avait passé ? Quelques minutes ? Quelques heures ?
Elle s’éveilla comme d’un songe, en état d’extrême fatigue, comme aspirée du dedans.

Elle ressentait une incroyable douceur, comme si sa peau avait été passée à la laine de verre. L’enfant, à ses côtés, souriait étrangement.
 « Qui es-tu, toi ?, murmura-t-elle.
- Ma… Ma… Maman !, articula-t-il.
- Mais… Mais tu parles ! Tu parles ! »
Laure s’approcha.
« Depuis quelques jours.
 - C’est toi ?
- Je ne lui ai pas appris ce mot-là.
- Quoi ?
- Je te jure! A Pierre il dit « papa ». Mais je ne lui ai jamais appris ce mot-là.
 - Mais comment sais-tu, petit bonhomme ? Comment sais-tu que je suis ta maman ?
- Seul un ange …
- Ne dis pas de bêtises…
 - Seul un ange peut … Ce qu’il peut »

Suzanna, lentement, se leva. Elle se tenait au-dessus d’Expédit, et le regardait avec appréhension.

« Et pourquoi pas ? »




Aucun commentaire:

Publier un commentaire