lundi 26 juin 2017

SUNDANCE / GENESE (37)


Ce fut Laure qui l’accueillit. Cet été, elle était restée le plus souvent enfermée dans sa chambre avec ses livres, ayant traversé la période de canicule sans presque jamais quitter le Ministère.

« Je t’attendais. Il faut que tu ailles le voir, Suzanna.
- Mais qu’est-ce qui te prend de mettre un pull par cette chaleur ?
- J’ai froid. Maman est avec les petits, Pierre est là-haut, avec lui. Il ne va pas bien du tout.
- Tu m’effraies pour pas grand-chose ! C’est pas la première fois qu’il nous fait le coup, tu le connais. C’est toi, plutôt, qui m’inquiètes. Regarde-toi, tu es pâle, tu es maigre, tu ne manges pas…
- Je n’ai pas faim. C’est pas important »
Suzanna avait détaché son chignon. Elle leva les mains vers le visage de Laure, et n’osa la caresser.
« Qu’est-ce qui se passe dans cette maison ? Mais qu’est-ce que vous avez, tous ? »
Laure baissa les yeux, puis l’attrapant par la taille, l’invita à emprunter le grand escalier.
« Comment va Valérian ?
- Bien, ma foi, comme d’habitude !
- Je trouve quand même qu’il pleure un peu trop souvent…
- Tant qu’on se précipite systématiquement…
- Tu veux pas que je reste les bras croisés ? »
Laure arrêta sa marche, et se retourna l’air songeur, au milieu de l’escalier.
« Je peux pas dire…
- Tu vas me le chercher ?
- Je l’ai couché il y a vingt minutes avec son frère.
- Pas dans le même lit, j’espère ?
- Si, pourquoi ? »
Suzanna agrippa sa sœur par la taille et la força à avancer.
« Je veux pas de ça !
- Mais…
- Où ils sont ?
- Dans votre chambre.
- Vite ! »
Elles coururent vers la grande porte, et Suzanna, nerveusement, l’ouvrit. Un braillement prolongé résonnait au loin.
« Valérian !, cria Suzanna. Valérian !
- Oh mon Dieu ! »
Elle se retourna vers sa sœur, les yeux humides.
« Qu’as-tu fait ? Mais qu’as-tu fait ? »
Elle se précipita vers la chambre, ouvrit les deux battants de la porte et fonça vers le berceau. Et poussa un cri.
Le petit Valérian s’était retourné contre son frère et, s’agrippant à son cou, serrait. Frappant les airs, ne voyant rien de ce qui lui arrivait, Expédit envoyait des coups qui atteignaient une fois sur deux son cadet au visage.
« Mais qu’il arrête ! Saloperie ! ».
Laure vit sa sœur attraper Valérian qui hurlait et le presser contre son cœur.
« Saloperie ! hurla Suzanna en direction du berceau, où Expédit gigotait en étouffant des râles.
« Non Suzanna ! Non ! »
Elle ne put réprimer un flot de larmes.
« Ah toi ! Ah toi !, fit Suzanna en pressant Valérian contre elle. Ne refais jamais ça ! Tu m’entends ? Jamais ! »
Et elle se précipita en dehors de la chambre avec l’enfant dans ses bras.

A écouter après la lecture :


COMMANDE EN LIGNE - RESUME - AVIS DE LECTEURS :

SUNDANCE / GENESE Vol.1 : 

SUNDANCE / GENESE Vol.2 

Groupes publics FACEBOOK : 
- Christophe Cros Houplon Writer

- SUNDANCE Christophe Cros Houplon

Aucun commentaire:

Publier un commentaire