mardi 20 juin 2017

La purge Polony


Apres Paris Première, Europe 1. En quelques jours, la dénonciatrice du Groupe Bilderberg, des plans occultes de l’Oligarchie et des médias qui les soutiennent vient de se faire évincer (aux beaux jours, juste après 4 tours d’élection qui auront assommé tout un peuple ça passe comme une lettre à la poste) successivement de Paris Première puis d’Europe 1. « Reconstruction de la grille des programmes », on connait la chanson.

Censure ? Pensez donc, la presse et les médias français sont libres, ce sont eux-mêmes qui le disent, et puis la donzelle, fort habile, ne crie point au complot. Manière de tirer la laisse de cette journaliste souverainiste particulièrement indépendante sur le plan intellectuel, et jusqu’ici nullement effrayée par les conséquences de certaines de ses bravoures. Pestiférée ? Ne l’a-t-on point vue commenter le 2e tour des législatives sur France 2 en fin de semaine dernière ?

Il y a une façon insidieuse de faire taire une voix plus que discordante : rebelle. Ne pas l’éjecter purement et simplement, ne pas faire d’elle une martyr de la « cause juste » et ainsi fourbir des arguments aux pourfendeurs du système auquel elle appartient toujours et contre lequel par petites touches elle se rebelle en finesse. Non : couper quelques racines, ne plus lui offrir de tribune ou d’émission libre ou sa voix peut porter sur le sujet qu’elle veut. Et la contraindre à n’entrer dans le tuyau qu’à la carte, sur des sujets pré déterminés. Vous voyez bien : elle est toujours là, qu’allez-vous donc imaginer ? Complotistes !

Le système a besoin et se nourrit d’opposants pourvu que ceux-ci ne dépassent pas certaines bornes. Que Polony attaque avec talent le système éducatif pédagogiste français, pas de problème, elle y gagnera une réputation usurpée de réactionnaire. Qu’elle pourfende l’UE et appelle au retour du souverainisme : on voit bien ce que dans les urnes ces oppositions majoritaires deviennent ! Qu’elle dénonce pèle mêle toutes les tambouilles, y compris l’immense mascarade Macron, participe également du faux jeu pluraliste : en se faisant l’apôtre de cette thèse défendue par beaucoup qui n’ont que peu à voir les uns avec les autres, elle permet à son petit niveau de laisser accroire à l’ouverture d’esprit des médias, et à phagocyter toute analyse tentant de démontrer l’inverse. Pour le système, Natacha est un pion qui a son utilité et est ainsi toléré en tant que tel. Comme un Cheval de Troie malgré lui.

Mais il y a une limite que la jolie journaliste a franchi il y a peu dans sa chaine web : s’attaquer en les révélant au cœur même du système : C’est-à-dire donner au plus grand nombre, appuyée par sa réputation et sa crédibilité gagnées sur les grandes ondes, la connaissance de ce dont il convient absolument qu’ils ignorent tout.
La séquence dite Bilderberg (ci-dessous) dit peu, mais beaucoup, et surtout, pose les bonnes questions. Habile fort habile, car habituée à opérer librement dans un système hyper contrôlant, Polony se contente (et c’est énorme vu les 40 ans de blackout depuis la tribune de Mourousi au 13 heures de la 1ere chaine en 1977) de poser le cadre. Traitant l’auditeur lambda (bien plus informé que nos médiacrates le croient fort heureusement pour beaucoup) en adulte, elle le renvoie à ses chères études et à de plus amples investigations personnelles, sans lui mâcher le travail. Tout en ne lui imposant aucun point de vue et en excitant intelligemment sa curiosité.

C’est en cela que cette anti Caroline Fourest par excellence est plus que dangereuse : toxique ! Refuser l’émotionnel, attirer l’attention sur l’essentiel, suggérer, ne pas penser à la place de, faire confiance à l’intelligence de ses compatriotes. Une véritable déclaration de guerre faite dans les règles de l’art et avec le sourire à une colonne médiatique qui utilise exactement les méthodes opposées, à savoir divertir et distraire, émouvoir et endormir, choquer ou titiller, et surtout aveugler et rendre con.

Je ne sais combien de temps et si elle tiendra, si in fine elle sera égorgée en place publique, la mal pensante, ou simplement couverte de goudron et de plumes à l’entrée du village mondial.

On se souvient pour certains d’entre nous des tronches en biais des intervenants de C dans l’air (Jean François Kahn et les trois autres) à la question d’un téléspectateur portant sur l’existence du Groupe Bilderberg. C’était pas vieux… QUOI ? Bilber quoi ? Dans le genre « je te prends pour un con » c’était du niveau CE1. Vous pouvez retrouver par vous-même la séquence : observez les visages, les postures, la fausse sidération, tout cet attirail de guignols ici révélé dans sa plus abyssale tartufferie. Vous imaginez la même séquence avec Natacha sur le plateau, franchement ? Comment conniver avec ça ?






Aucun commentaire:

Publier un commentaire