dimanche 21 mai 2017

Homophobia


Je nourris une forme de passion pour la civilisation grecque, celle-là qui inventa la démocratie, sur fond d’esclavage, s’entend : mais la nôtre en est-elle dépourvue, d’esclaves ? Elle dont les piliers étaient la philosophie et la mythologie. Laquelle, loin d’imposer un dogme religieux comme la nôtre, laissait à chaque territoire sa propre liberté d’interprétation, et confiait aux poètes l’écriture de plusieurs « bibles ».

En cette lointaine civilisation, l’homosexualité entre hommes et femmes était plus que tolérée, et dieux et déesses s’y adonnaient gaiement. Socrate, le père de la philosophie, enseignait à de fort beaux éphèbes, lesquels en récompense lui accordaient librement leur corps.

On associe généralement la destruction de Sodome et Gomorrhe à la débauche homosexuelle qui y régnait – ce que nient farouchement les premiers textes prophétiques comme Le Livre d’Ezéchiel qui associe la colère de Dieu à un non-respect du droit et de l’hospitalité. La réécriture fut postérieure et fit suite à la collision des cultures grecques et juives. Celle-ci visa la passivité entre hommes, considérant celle-ci comme infamante en tant que confusion entre masculinité et féminité (cf Le Lévitique). Cette lecture n’apparut qu’aux IIIème et IIème siècles avant Jésus Christ et s’imposa fort longtemps au cœur de la civilisation chrétienne telle que défendue par son clergé.

J’ai beau chercher, je ne vois rien dans la parole du Christ qui condamne ces pratiques. Cette parole, emprunte d’amour, se fait ferme et dure au contraire envers ceux qu’il appelle les « pharisiens », lesquels sont à juste titre dénoncés par le prophète comme des hypocrites. « Aimez-vous les uns les autres », ainsi parla Jésus. Sans faire de tri parmi les brebis.

Son Eglise fut bien entendu aux premières loges de la même dénonciation calomnieuse de la soit disant satanique pratique de la sodomie. Pareille obsession dans la dénonciation par des prélats eux-mêmes parfois coupables de la chose interpelle : quel est donc ce « plaisir interdit » qui fait trembler les fondations de Rome au point de devenir dans l’histoire de notre civilisation l’objet d’une véritable obsession ? Y aurait-il dans cette pratique supposée démoniaque une « porte » vers autre chose, une chose qui éloignerait sans doute la brebis prétendument égarée de son troupeau, et donc de son geôlier ?

Il est cocasse de relever cet obsessionnel acharnement à maintenir le joug de l’interdit des siècles durant, puis à assister ces dernières décennies au desserrement de l’étau. De voir que pour les bigots, laisser les gens s’aimer en liberté, tous sans exception, revient à faire trembler leur temple. De constater une fois encore que cette simple pratique sexuelle qui donne du plaisir aux deux qui l’accomplissent engendre comme une éruption cutanée l’accusation éternellement ressassée de décadence, d’abaissement des mœurs et de signe manifeste de la fin de toute une civilisation.

Car quoi ? En quoi la simple tolérance pour une pratique autrefois défendue et crainte signifie-t-elle en faire l’apologie ? C’est bien dans leur obsession maladive pour ce qu’ils craignent en parfaite méconnaissance de la chose (quoique certains…) que réside le problème, et non dans le couple d’hommes qui dans une chambre à coucher, à l’abri des regards et dans leur intimité, s’accouple ainsi.

L’homophobie est une phobie, comme toutes les autres mais particulière. Elle prend la source dans la peur et le rejet absolu et absolument maladif de ce qu’on ne comprend ni n’admet. Proprement irrationnelle, cette peur phobique met en lumière non seulement l’étroitesse d’esprit mais la névrose de ceux qui l’entretiennent. En quoi le plaisir de l’autre les dérange à ce point ? En quoi la pratique d’une minorité enfin libre les fait se dresser les cheveux sur la tête ? Qu’est-ce que cette obsession révèle sur eux, à votre avis, sinon leurs propres troubles psy ?

Je ne saurais leur conseiller de faire l’essai – d’ailleurs et cela se sait, certains y sont déjà passés. Ce qu’ils « ressentiraient » pourrait en effet ouvrir en eux une porte si étrange que d’un coup d’un seul, pourvu qu’ils se détendent pendant l’acte, bien des certitudes voleraient en éclats. 

Leur interprétation confiscatoire de la parole du Christ, par exemple …


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire