mardi 11 avril 2017

Un camp de concentration pour homosexuels en Tchétchénie DONC


A peine avalé la pilule d’un gazage d’Assad qu’on nous sort du chapeau un camp de concentration pour homosexuels en Tchétchénie ou ceux-ci seraient torturés. Fournisseur de l’info qui fait s’affoler les pétitionnaires en tous genres ? « L’opposition tchétchène » au régime de Moscou. Nombre de médias la relayant sur notre sol ? Tous vont s’y mettre si ce n’est déjà fait. Nombre de candidats qui vont défiler la main sur le cœur dans le poste pour dénoncer « l’épouvantable Monsieur Poutine » ? Heure de déclaration du Gouverneur sur le perron de l’Elysée ? Ça ne saura tarder.

J’ose une question (toute simple) : combien de reporters locaux indépendants ? D’observateurs ? Une enquête aurait-elle été entamée ?

Je suis certain que Bernard Guetta, notre grand enquêteur préféré, a déjà rédigé son petit billet et s’apprête déjà à haranguer la Gaule au petit déjeuner avec ses envolées lyriques pontifiantes habituelles. Pour ma part, moi qui étant loin n’ai rien d’un pigeon, j’ai comme qui dirait un doute sur cette drôle d’histoire.

Un doute, voyez : le contraire d’une certitude. Ce genre d’info- électrode au réveil ne fait pas se dresser les poils de la souris que je suis parce que celle-ci a quitté la cage depuis belle lurette. Le « plus c’est gros plus ça passe »de Goebbels a fait tant et tant de petits depuis 25 ans (les charniers de l’ex Yougoslavie, les couveuses du Koweït, les armes de destruction massive de Saddam, Kadhafi qui tire sur son peuple et Assad qui gaze le sien : la liste n’est pas exhaustive) que j’adopte de facto une distance plus que prudente dès que ce qui sort de mon poste s’adresse à mes tripes et non à ma raison.

L’hyper-diabolisation de Poutine tombe au moment idéal pour détourner le regard du plan d’ensemble et de ce qui se joue de majeur. Les déclarations du leader de Corée du Nord devraient nous alerter, celui-ci au contraire du Lion Russe (lequel comme le dit le proverbe « médite quand tout s’affole ») sont pourtant claires contre les provocations incessantes des néo conservateurs : encore un pas et c’est la guerre. Ce gars-là c’est pas les chinois qui vont parvenir à le calmer.

La visite du nouveau Secrétaire d’Etat  Rex Tillerson (l’ancien Patron d’EXXON) à Moscou afin de rencontrer son homologue russe survient donc à point nommé sur un tapis de media-mensonges auxquels nos amis les neo-con’s nous ont habitué. Vladimir ne ferme ni n’ouvre la porte, et médite, laissant son agité partenaire US ruer dans les brancards et aligner jour après jour tout et le contraire de tout. C’est la seule chose à faire quand tout s’emballe et devient fou : rester immobile. Comme un Lion.


Et nous avons bien que le Lion quand il bondit …


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire