vendredi 3 mars 2017

L'Ange gardien


Avoir connu des hauts très hauts et des bas très bas et être parvenu à se relever à chaque fois de toutes ces épreuves a finalement donné lieu à cette confiance (inébranlable depuis maintenant 7 mois) n la présence, au-dessus-de ma tête, d’un ange gardien. Quand je songe au nombre d’écueils, de catastrophes et de petits drames, de déceptions, de bévues, d’incompréhensions, de trahisons, de chausse-trappes etc… que j’aurais connus ces derniers mois ! Pas une fois je n’ai eu peur, pas une fois je n’ai perdu confiance, pas une fois je me suis senti hésitant, déstabilisé : pas une !

Quand tu bouges, je veux dire, quand tu es happé par la nécessité de franchir un seuil significatif, te lancer à l’aventure, faire un pas de géant sans regarder en arrière : il est évident qu’autour de toi tout bouge, de ton fait. Certains s’éloignent, d’autres se rapprochent ou reviennent. Envers tous, les présents comme les absents, je conserve une réelle bienveillance. Je devine que certains, je ne les reverrai probablement plus, que certains mourront, partiront loin à leur tour, sous d’autres cieux, comme je l’ai fait. Pas un jour sans qu’à un moment mon esprit qui vagabonde me rappelle tel ou telle, et que je me surprenne à ces prières intérieures, auxquelles, question de foi, je prête un pouvoir d’influence sur le cours de leurs destins… Qu’ils soient heureux, qu’ils soient légers, qu’ils dénouent leurs nœuds, qu’ils reprennent confiance. Il y a quelque chose d’assez troublant à cultiver l’amour de ceux qui sont loin et de le faire secrètement, loin d’eux. C’est une forme d’amour toute particulière, pure je crois, car sans attente aucune, ni de réciprocité, ni même de nouvelles. Mais (j’en fais chaque jour l’expérience) une forme d’amour qui me nourrit et me grandit.

C’est là une manière de remercier en profondeur cet ange gardien, qui se tient à proximité de chacun de mes pas et m’accompagne dans ma vie. Par la force de la pensée redistribuer vers ceux que j’aime ce que je reçois. Cette quiétude, cette paix intérieure conquise de haute lutte et qui là s’est installée, et qui me permet aussi aisément de créer chaque jour, d’écrire, de mettre en œuvre les projets qui me viennent sans difficulté aucune, cette patience retrouvée qui me permet de rester concentré sur chaque instant sans redouter le lendemain, cette douceur retrouvée, que j’avais découverte en moi il y a quelques années à la Réunion…

Je sais bien que cela n’est pas né du hasard, je me souviens des combats et des luttes, des moments de doute, des cycles dépressifs, des heurts… Tout cela semble derrière à présent, et loin de croire comme auparavant que cela demeurera parce que je le veux, je me contente plus humblement de l’accueillir, cet ange, de lui parler, et de lui attribuer à lui la causalité première de ces magnifiques instants de vie où enfin je me réalise pleinement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire