mardi 24 janvier 2017

2017 : la double impasse


Cette présidentielle 2017 je sens qu'elle ne va (comme aux States mais à la sauce Astérix) ressembler à aucune autre. Déjà parce qu'avant même son commencement tous les sortants (on attend Valls out et ça sera bon) ont été systématiquement dégagés. Tous les sondages et à peu près tous les commentateurs dits de métier se sont tous systématiquement plantés. A ce point : du jamais vu ! Je note au passage un et un seul sortant qui aura eu la clairvoyance de s'auto-sortir : ne serait-ce que pour cela je lui décerne le prix de l'intelligence politique 2016.

Chacun des deux partis dits de gouvernement vient ou va désigner celui qui dans son camp représente le facteur de radicalité aérosol par rapport au réel. Les programmes de Fillon et Hamon m'apparaissent tellement anachroniques que je me demande si dans les deux camps on n'a pas envoyé une fusée dans les années 80 au moment de leur élaboration. Sans vouloir insulter ou déplaire à leurs supporters, je me demande vraiment comment on peut croire deux secondes en leur faisabilité. Qui plus est, il m'apparait que ces deux partis qui sont sur le point d'imploser viennent de désigner (ou vont...) celui qui va faire le pire score qu'ils aient et l'un et l'autre connu de toute l'histoire de la Ve. Et ce ne sont pas les sondages qui créditent encore Fillon d'un bon score qui me feront penser le contraire. Ce que je vois c'est qu'il baisse par paliers sans discontinuer alors que la campagne n'a pas encore véritablement commencé, qu'il se renie, qu'il se fait planter semaine après semaine des tas de couteaux dans le dos, et que, surtout, c'est un épouvantail épouvantablement mauvais. Avoir éliminé Juppé : dans le genre suicide collectif, le PS n'est pas le seul.

Le PS ? Mais que n'arrêtent-ils pas immédiatement cette pitrerie qu'est devenue leur "belle alliance" ? Le perdant crédité de 8 à 9% tape comme un fou sur le probable gagnant crédité de 6%, le tout sur fond de triche. En l'état leurs candidatures n'ont de sens que pour se compter dans l'après mai : mais à quel prix ? Ces deux croque-morts courent tous deux au suicide politique, ils sont partis bien trop tard, ces deux-là comme disait Valls fort justement, représentent deux gauches irréconciliables, par ailleurs mille fois mieux incarnées quoi qu'on en pense par Macron et Mélenchon.

Bref : je ne vois d'autre issue qu'une explosion pure et simple des partis traditionnels, la mort du PS, un cadavre à la renverse nommé Sens Commun en survivant des Républicains (merci aux fossoyeurs Sarkozy et Fillon, et heureusement que Chirac est sourd !), un second tour FN/En marche et une recomposition totale de tout l'espace politique français de ces 30 ou 40 dernières années. 

Au-delà, alors qu'on vit depuis 3 ou 4 ans avec des sondages qui systématiquement donnent Marine Le Pen au 2e tour, le plus souvent en tête, avec des scores en hausse de manière régulière (de 18% en 2012 à 28% aux dernières régionales de mémoire : +10% en 4 ans, qui dit mieux ?), que le FN a vraiment réussi une implantation régionale, départementale et locale, que la Marine quoi qu'on en dise à réussi à dédiaboliser le parti tout en dégageant papa, que l'actualité milite chaque semaine pour elle, qu'en dépit d'un programme économique qui ressemble à un SAUT DANS LE VIDE mais pas plus que celui de Trump, que l'Europe sauce Merkel est devenu un repoussoir, qu'on a Daesch aux portes et à domicile, que son meilleur opposant risque d'être un ex banquier de Rotschild, qu'elle a 40% d'intentions de vote chez les ouvriers et presque tout autant (30/40) chez les commerçants, petits patrons agriculteurs, qu'elle est largement en tête chez les 35/49, dans la France rurale, que la petite nièce Marion n'a certes pas été montée en épingle mais fait toujours partie du FN et incarne au moins aussi bien que Fillon la France réac du Sud et la droite dure de chez dure... Qu'on attaque encore le FN dont la stratégie est vraiment hyper efficace et d'une intelligence tactique indéniable (pourvu qu'on accepte d'ôter sa paire de lunettes habituelle) avec des arguments de type SOS Racisme totalement débiles et contre productifs, et qu'on se rassure en se disant comme pour Trump : mais non, voyons, les sondages, le plafond de verre etc... 

Marine Le Pen ? Franchement le seul qui l'attaque vraiment frontalement, c'est Mélenchon, et là-dessus, vu comment il mouille la chemise, chapeau ! Macron, lui, fait semblant, mais au moins il fait le job. Leur débat entre les deux tours ça va être vraiment quelque chose : pas sûr que la plus excitée des deux ce soit elle, question d'expérience... Bref : il y a là (et je rejoins entièrement Emmanuel Todd que je suis depuis plus de 15 ans avec fascination, un mec qui honnit et qu'honnit le politiquement correct, un mec qui a une culture insensée et surtout une aptitude à prendre énormément de distance par rapport à ce qu'il ingurgite et à lui-même) : il se peut fort que comme l'américain-dit-moyen le français-dit-moyen fasse sur le plan historique une nouvelle fois preuve de son génie révolutionnaire. 

Faire table rase de tout. Faire pêter le système avec les seules armes dont on lui concède encore la possibilité. Jouer avec l'extrême limite de ce qu'offre le choix démocratique, une partie d'échec et mat. Le tiers Etat qui coupe la tête de la totalité ou presque de la bourgeoisie dominante et joue la carte de la théorie du chaos, parce qu'il n'a rien à perdre dans une partie truquée où à tous les coups il est éjecté.

En conclusion : un passionnant et magnifique merdier, dont on pourra sans aucun doute faire quelque chose de mieux que ce qu'on a actuellement. Je suis bien content d'avoir finalement renoncé à prendre parti, de ne plus habiter en France, et d'observer ce système se déliter pour mieux se recomposer ensuite. 

Car je vous le dis cash ; je crois tellement en mon pays d'origine et dans sa capacité à rebondir, je pense connaitre si bien son histoire et son âme et ai tellement bourlingué dans des milieux les plus divers, jusqu'aux plus opposés à celui de mes origines et de mon milieu, que j'aurais été à deux doigts de mettre dans l'urne le bulletin de la blondasse de Saint Cloud

J'aurais fait, si seulement je n'avais pas déchiré cette carte asservissante fait ce double-choix hallucinant tellement il est contradictoire. Mélenchon au 1er tour, puis Le Pen au second. Le 1er par coeur, le 2e par foi en l'après. Deux utopies politiques, la première romantique et la seconde rance. Deux utopies aussi complémentaires que le pile et le face d'une pièce de monnaie. Auxquelles je ne crois absolument pas. Et deux solutions qui se rejoignent sur le plan géostratégique/relations internationales, là où à mon sens se focalise l'essentiel, Le Pen et Mélenchon, sur le plan international, ayant à de très rares détails près le même logiciel. Bref : le grand écart. 

Alors vu cette conclusion en guise de rapport d'étape : mieux vaut m'abstenir.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire