mercredi 20 juin 2018

Guillotine IKEA



Une facture de 500 000 euros de vaisselle à la Manufacture de Sèvres. Une petite fête fort dispendieuse pour happy fews dans la Cour de l'Elysée le soir de la Fête de la Musique, ou Monsieur et Madame feront l'honneur de passer une tête. Un Falcon pour 110 kilomètres. Des frais de déplacement et de kérozène en explosion. Des salaires de hauts fonctionnaires au Palais Bourbon dépassant l'entendement. Un budget Brigitte de 440 000 euros en total mépris des règles de la République ou Madame ne fait en rien partie du castelet …

Et une République en Marche qui REFUSE l'augmentation de ces APL qu'elles avaient symboliquement baissées.

L'outrecuidance de ces puissants qui vivent sur le dos des contribuables et font des lecons de morale à leurs enfants le 18 juin au Mont Valérien – et moins que rien - est sans limite. Et me rappelle le coup de gueule bouleversant de feu l'Abbé Pierre, qui fustigeait, larmes dans la voix, ces riches qui s'endormaient la conscience tranquille les coffres remplis d'or tandis que partout la misère explosait.

Louis XVI se comportait-il, lui et l'ancienne noblesse, avec autant de mépris – qu'avons-nous en plus de deux siècles gagné sinon l'illusion de choisir nos marionnettistes. L'indécence mêlée de morgue et de fatuité sont la marque de fabrique de cette classe politique, laquelle avec l'équipe Macron a accouché en 2017 du pire parti qui soit, celui des ultra-riches qui festoyent en ricanant sur le dos des gueux sans même se cacher.

Pourquoi se gêner, puisque tout est à nous, puisque le veau d'or est l'alpha et l'oméga, puisque nous détenons tous les médias, puisqu'en tant que riches nous sommes sortis de la cuisse de ce Jupiter d'opérette qui nous sert de monarque. Austérité et restrictions pour le bas-peuple, dépenses somptuaires pour le haut du panier dans de la vaisselle renouvelée. Une assiette un RSA, ca fait cher le geste malheureux, mais que leur importent, ils ne paient pas, ils en ont mille fois trop mais ne débourseront jamais un sou, ces pingres. Ils se servent, ils ne se cachent même pas, ils n'ont même plus ces pudeurs, ils ne risquent rien, ils sont là pour cinq ans, ils sont les premiers de cordée, ils sont tous de gros actionnaires, ils ne produisent, ne créent, ne vendent rien, ils palpent, palpent encore, palpent toujours, sur le dos de ces édentés qu'ils tiennent en mépris.

Nos ancêtres ont coupé la tête d'un Roi et d'une Reine, nous ne pourrons pas nous faire ce plaisir. Ikea fabrique tout sauf des guillotines à monter chez soi.


Le nouveau sketch de Nikki, la comète de Haley



Le pays de Walt Disney a eu il y a quelques années une étonnante idée en castant Nikki, la comète de Haley, pour les représenter à l'ONU. Comique troupière de type W8 - NRJ 12 a la sauce yankee, Nikki petite souris avait tout pour rejoindre la distribution d'une nouvelle saison de Desperate Housewives. Faute de role disponible, cette pleurnicheuse nunuche rejoignit l'ONU.

Ou ses prestations en larmes devant de jolis photomontages de la CIA représentant des petits syriens gazés ont fait, après les fioles de Colin Powel, le tour du monde. Quoi de mieux que cette moman propre sur elle qui exibe sa sensiblerie pour faire pleurer dans les chaumières …

Nikki petite souris il y a peu était sortie de manière théatrale lorsque le représentant de la Palestine avait pris la parole pour dénoncer les crimes de Tsahal à Gaza. Une sortie remarquée de Madame Nunuche, contrevenant à toutes les bonnes manières diplomatiques. Il faut dire que la dame, Israel c'est sa came. Supporte pas qu'on dise un mot contre la politique de l'état hebreu.

Du coup, la pintade a sur ordre déclaré que les States claquent la porte de la Commission des Droits de l'Homme de l'ONU. Trop méchants envers Israel, les gens, du coup la dame fait un sketch, un de plus. Netanyahou – à la manoeuvre – lui a tweeté un chaleureux remerciement pour services rendus. Qu'on se le dise, à Gaza les terroristes palestiniens sont agés de 4 à 6 ans et les frappes sont justifiées. Question de sécurité.

En France on a un erzatz clownesque de la comète Haley, Meyer Habib qu'il s'appelle, député de la République, une sorte de Enrico Macias bouffi nourri à l'huile de palme, un bon gros pépère. Le gars – sympa – a été tellement choqué que le pays des droits de l'homme ait mis Israel en accusation qu'il nous a carrément promis un attentat sur la tronche pour bientot. Sympa le gros loukoum … Aux dernières nouvelles ce grand francais au coeur noble émarge toujours au Palais Bourbon.

Les droits de l'homme, pour Nikki et les sionistes, c'est valable pour certains et pas pour d'autres. Les palestiniens n'étant pas vraiment humains, poser la question du respect des droits de l'homme à leur égard est une forfaiture. Les droits de l'homme, c'est un blockbuster israélo-américain et Nikki c'est la Sandra Bullock du truc. Quand on est les plus forts on s'embarrasse pas à prendre des gants, et si on veut claquer la porte sur la tronche de ses alliés en leur faisant un doigt on y va.

Bon, vu ce à quoi ca sert – et surtout QUI – l'ONU, on va pas en faire un drame.…


mardi 19 juin 2018

Fier de ceci ou de cela, non merci !

Macron Merkel, une rencontre pour la galerie



A l'approche du sommet européen des 28 et 29 juin prochains, rencontre inter-ministerielle des deux têtes de pont autoproclamées de l'UE dans un chateau proche de Berlin. 

Puissance invitante, une chancelière sur le déclin, fortement contestée et par les urnes et par son propre ministre de l'intérieur, lequel a declaré ne plus supporter travailler avec – je cite – cette … femme. 

Invité de choc, le monarque élyséen, dejà intronisé par ses amis les Rothschild avec 4 ans d'avance futur Roi d'Europe – en un mot Gouverneur.

Fraulein Nein et Sa Majesté Jupiter ont deux conceptions fort différentes de ce projet européen, que ce soit sur les questions budgétaires, sur la suprématie des états nations et sur la question migratoire. Angela, contrairement à son jeune collègue, a des positions arrêtées et donc claires, les mêmes depuis toujours. Lui, à sa bonne habitude, oscille telle une toupie, n'hésitant jamais à dire ce que son auditoire du moment a envie d'entendre.
Au souhait macronien d'un budget conséquent la chancelière, le doigt accusateur rivé sur les mauvais gestionnaires et ses gros actionnaires teutons dans l'oreillette, répond NEIN. Un petit budget rien de plus, pas question que nous qui sommes si favorisés par l'Euro et par les exportations nous mettions à débourser pour ces mauvais des pays du sud. Pas grave, pense le poulbot qui sur le sujet garde son fil conducteur, ce que tu ne veux pas avaler aujourd'hui on le fera gober à ton successeur demain. Car Macron, qui a du temps devant lui, entend passer par dessus Angela, armé de sa place garantie de nouveau Juncker pour 2022.

Cette rencontre – qui met en exergue des différents déjà connus – ne sert que pour la galerie. Afficher le prétendu couple phare de l'Union Européenne et faire accroire à la capacité de ces deux-là à s'entendre et à conjuguer leurs divergences. Le discours macronien enfile aussi les perles en parlant d'unité nécessaire entre états européens, ce que le réel dément de plus en plus. La question épineuse des vagues d'immigrés a créé une zone de fracture qu'aucun discours fut-il pompeux ou martial ne viendra recoudre. Il s'agit donc de prendre tout le monde de vitesse, de jouer des muscles et de tonner, bref de faire exactement le genre de laius que celui envers Trump au G7. Faire croire aux journalistes et donc aux opinions que l'on tient fermement le manche et qu'on n'entend en rien le lacher – quitte à faire exactement l'inverse faute de moyens dans la foulée.

Le job de politicien ou de chef d'état se résume de plus en plus à pondre des discours et à prendre des postures. A l'époque de Mitterrand et Kohl, les dirigeants pouvaient encore faire bouger les lignes et s'entendre, la politique servait encore un peu à quelque chose. Aujourd'hui elle se fait, comme disait De Gaulle, uniquement à la corbeille, et les pantins élus viennent chercher leur feuille de route en passant un coup de fil aux agences de notation, celles-là qui ont mis l'Allemagne sur le podium. 

Rien ne peut obliger 27 partenaires à avaler le même brouet de concert, sauf que sur un plan juridique la Constitution de VGE a organisé les choses de manière à ce que l'impensable devienne plus que probable. Quoi qu'ils aient voté les peuples avaleront tous la même potion, leurs dirigeants se soumettront à l'autorité des marchés, lesquels n'ont que faire des opinions, que l'on consulte pour la galerie. 

Laisser les professionnels faire leur tambouille entre eux, répéter comme des cabris les mantras européistes habituels, élire des députés payés en dessous de table par des lobbyes ayant pignon sur rue à Bruxelles – voila comment ca marche. Les rencontres des pantins à la tête de nos Etats c'est bon pour les articles de presse, ca ne sert à rien d'autre qu'à ca.